Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Re-Belles
  • Re-Belles
  • : Re-Belles. 40 ans du mouvement de libération des femmes , MLF Appellation d'Origine Incontrôlée. Objectif : FÉMINISTES TANT QU'IL FAUDRA !
  • Contact

livres, expos, dépêches...

l-emancipation-creatrice-aff.jpg

 

9h30 - 10h00 Introductions
Richard Conte, professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur de l’institut ACTE
(Arts-Créations-Théories-Esthétiques) UMR. Sorbonne / CNRS
Hélène Périvier, économiste, OFCE, coresponsable de PRESAGE, Programme de Recherche et d’Enseignement des
SAvoirs sur le GEnre
Françoise Gaill, directrice de recherche émérite au CNRS, ancienne directrice de l’Institut Ecologie et Environnement (INEE), conseillère scientifique à l’INEE
10h00 - 11h00 Dialogue
Jacques Rancière, professeur émérite à l’université Paris 8, département de Philosophie
Geneviève Fraisse, directrice de recherche émérite au CNRS (Philosophie), comité scientifique de PRESAGE
11h15 - 11h45 Excluding politics : For a history of muses and ruses
Penelope Deutscher, professeure au département de Philosophie, Northwestern University, Evanston, IL
11h45 - 12h15 Une histoire émancipatrice
Florence Rochefort, historienne, CNRS (GSRL), présidente de l’Institut Emilie du Châtelet (IEC)
12h15-12h45 Réponse de Geneviève Fraisse
12h45 - 14h15 Déjeuner
14h15 - 14h25 Ménage et remue-ménage dans les concepts
Margaret Maruani, directrice de recherche au CNRS, CERLIS/université Paris Descartes, directrice du Mage et de
Travail, genre et sociétés.
14h25 - 14h55 Les contretemps de la création
Stefania Ferrando, doctorante en Etudes politiques (EHESS/institut Marcel Mauss – LIER)
14h55 - 15h25 Identité, égalité et émancipation
Patrick Savidan, professeur des universités à l’université de Poitiers
15h30 – 15h55 Intermède musique
Artiste invitée: Joëlle Léandre
16h - 17h15 Table ronde l’émancipation créatrice
Présidée par Hélène Périvier
Laure Adler, écrivaine et productrice à Radio France
ORLAN, artiste
Sabine Prokhoris, psychanalyste et philosophe
17h15 - 17h45
Geneviève Fraisse
Intermède musique
Artiste invitée : Joëlle Léandre
Remerciements et pot de clôture

 

l-emancipation-creatrice-prog.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

invitation-Libralire-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

FRANÇOISE HUGUIER

AU DOIGT ET À L'ŒIL

Autoportrait d'une photographe

Sabine Wespieser éditeur


9782848051635FS.gif


Mes princesses charmantes à moi sont des petites sorcières qui jetaient leurs poupées au feu dans la cour d'une école de religieuses, et incitaient leurs amies à en faire autant. Sans le savoir, elles rejouaient l'histoire de leurs lointaines ancêtres, les sorcières brûlées jadis par une tradition de part et d'autre du mur d'incompréhension que les religions dressent entre les gens de bonne volonté. Vous remarquerez que je n'emploie pas la formule (con)sacrée : « hommes de bonne volonté »… Car les hommes, parfois, semblent faire preuve d'une singulière mauvaise volonté quand il s'agit de se défaire de leurs habitudes, prérogatives et autres grigris destinés à masquer leur impuissance fondamentale.
Or, tout le monde le sait, seuls ceux qui se croient puissants craignent vraiment l'impuissance. Les autres s'en accommodent ou la contournent.


Ainsi, une petite sorcière de mes amies découvrit très vite la loi du plus fort, ayant crapahuté comme enfant otage dans la jungle vietnamienne (« J'avais huit ans », Actes Sud, 2005). Elle s'en accommoda le temps qu'il fallait et en garda singulièrement une curiosité extrême pour l'humanité dans son ensemble, et particulièrement celle qui vit sous d'autres latitudes que la nôtre.


Armée de sa seule générosité et de son œil curieux, on la vit donc arpenter presque tous les continents, du Japon au Mali et du Détroit de Behring (« En route pour Behring », Maeght, 1993) à St-Pétersbourg (« Kommounalki », Actes Sud, 2008), « Sur les traces de l'Afrique fantôme » (Maeght, 1990) ou dans les coulisses des femmes « Sublimes » (Actes Sud, 1999) de la mode. Car parfois, elle s'arrêtait à Paris* entre deux voyages et trouvait le moyen d'y découvrir des lieux, des histoires, des corps, des visages, le plus souvent de femmes, qu'en général on ne regarde pas de cette manière : avec tendresse et acuité.


Elle raconte ses reportages et bien d'autres choses dans son premier « autoportrait d'une photographe », paru récemment chez Sabine Wespieser. Son livre se lit comme un récit d'aventure, d'aventures au pluriel, dans une prose qui ne perd pas son temps à faire des circonvolutions, qui va droit au but, au plus près de son expérience et de ses rencontres.


C'est un beau livre d'une belle personne : mon amie la petite sorcière mais grande photographe.

 

Cathy Bernheim.


* Un exposition monographique

des œuvres

de Françoise Huguier

aura d'ailleurs lieu à Paris,

à la Maison Européenne de la photographie,

du 4 juin au 31 août 2014.

 

 

 

•  

 

 

logoCaSDB.jpg   

CENTRE AUDIOVISUEL

SIMONE DE BEAUVOIR

Projections

au Nouveau Latina :

20 rue du Temple, 75004 Paris, M°Hôtel de Ville 

Le programme :

http://www.centre-simone-de-beauvoir.com/agenda.html  

http://www.centre-simone-de-beauvoir.com/

   

 

ÉMISSION              

FEMMES LIBRES  

sur Radio Libertaire   

Les mercredis

18h30/20h30

Vous pouvez écouter et ou télécharger l'émission pendant 1 semaine sur: 

http://media.radio-libertaire.org/php/grille.php

et téléphoner pendant l’émission au 01 43 71 89 40

 

LIBRAIRIE           

VIOLETTE&CO   

102 rue de Charonne, 75011 Paris, M° Charonne ou Faidherbe-Chaligny 

Livres

- Rencontres

- Atelier d’écriture 

- Expositions  

http://www.violetteandco.com/librairie/ 


 

•  

 

 ÉDITIONS  iXe        

un nouveau titre aux Éditions iXe

http://www.editions-ixe.fr/    

 

 

 

• 

 


P1010295m2 

FrancoisePasquiercCDeudon.jpg

© Catherine Deudon 

 

 

 

 

 

 

 

Oceanerosemarie.jpg

 

 

Eva Besnyö, 1910-2003 :

"Quand je me déplace avec mon appareil photo, je vois les choses.

Avec un sac à provisions, je passe à côté de tout."

Besnyo_08bis.jpg 

 

Besnyo_21.jpg

Eva Besnyö, sans titre, 1976 (Action menée par les Dolle Mina, “Terug naar de Breinaald” / “Retour à l’aiguille à tricoter »)

 

 

LIRE L'ARTICLE DE CATHERINE GONNARD http://lemagazine.jeudepaume.org/2012/07/catherine-gonnard-eva-besnyo-une-femme-de-son-siecle/


Eva Besnyo-Autoportrait-1952 

Eva Besnyö, Autoportrait, Budapest, 1929 © Eva Besnyö / Maria Austria Instituut Amsterdam

 

 

cahun044.jpg

 

Brouiller les cartes. Masculin ? Féminin ? Mais ça dépend des cas. Neutre est le seul genre qui me convienne toujours.


  

Après le passage des footballeuses lesbiennes sud africaines en France le reportage vidéo de TV5 Monde

http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/Terriennes/Videos/Reportages/p-22210-Lesbiennes-et-footballeuses-en-Afrique-du-Sud-elles-temoignent.htm

foot-for-love-003

 

 


220px-Self-portrait_as_the_Allegory_of_Painting_by_Artemisi.jpg

 

 

 

Encore Elles !

Unknown.jpeg

 

Le DVD

Durée 52 min
Co-production France Télévision
Format PAL
Type Multi Zone DVD 5 Pal DVD-R
Disponible en Français
Prix : 15.00 €

Pour l'acheter et voir la bande annonce :

http://www.lahuit.com/article/fra/encore-elles

Ou 

 http://www.violetteandco.com/librairie/

 

 

26 août 2010

Place du Droit des Femmes et des Hommes…

Au Trocadéro

 

Merci Nelly pour tous ce travail photographique !

 

trocadero-aout-2010.jpg

 

40ans-du-Mouvement.-26_8_2010jpg.jpg

 

26 août 1970/ 26 août 2010

 

Pour lire la suite : 

Place des Droits des Femmes et des Hommes

 

 

 

Sur RFI le 10 avril 2010

9h30-10h30

Valérie Nivelon évoque avec Martine Storti, Cathy Berneim et d'autres les premières années du MLF

ECOUTER :

RFI-10avril10-40-ans-mlf-quand-femmes-prennent-parole

 


Le dossier de TV5 MONDE
pour célébrer les 40 ans du MLF
 

Le dossier sur "Les 40 ans du MLF, Féministes d'hier et d'aujourd'hui"est désormais en ligne sur le site de TV5 Monde, page informations

Pour le consulter, voici le lien : 
http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/info/Les-dossiers-de-la-redaction/MLF-40-ans-feminisme-fevrier-2010

Et pour connaitre le programme spécial que TV5 Monde met en place pour célébrer les femmes, voici le lien : 
http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/info/Les-dossiers-de-la-redaction/8mars-journee-internationale-droits-femmes-2010

  



France Culture

Le 19 octobre 2009, de  9 à10h

LA FABRIQUE DE L'HISTOIRE

d'Emmanuel Laurentin

Thème : CULTE DES GRANDS HOMMES

Invitée Cathy Bernheim 

radiofrancefrance-culturefabriquenew/fiche

Pour écouter :

FCultureFabdelHistoire19-10-9

 

"Avant les grands hommes, les grandes femmes ! A l'occasion d'une série consacrée au culte des grands hommes, nous ouvrons la semaine en évoquant celles qui ont voulu rendre hommage à une anonyme : la femme du soldat inconnu.
C'était le 26 août 1970, une dizaine de militantes se réunissaient place de l'Etoile. Elle veulaient réaliser une action spectaculaire pour soutenir leurs consoeurs américaines qui avaient déclenché une grève. Ce sera la pose d'une gerbe à celle qui est encore "plus inconnue que son mari".
Cette action brève mais médiatisée lancera le mouvement féministe qui va rapidement se structurer.
Cathy Bernheim qui a déjà raconté cette histoire au début des années 1980 dans "Perturbation, ma sœur" (ed. Seuil) , revient sur l'ambiance de cet événement, quand les militantes féministes voulaient faire entrer les femmes dans l'histoire.

 



LIVRES :
Cliquer ici
• Livres et revues 2009/2010
ou • Livres et revues 2011/2012
Des livres que l'on peut trouver, disponibles ou sur commande, dans toutes les libraires de France et de Navarre.

 

TestFéminitéCouv

 

FaitsDurables-couv1-1


GenreNCHETCUTI-1.jpg

 

 

373723_439756126049471_1749968631_n.jpg

 

 

 

Unknown-copie-1.jpeg

 


FabduFemGFaisse 

 

couvlivrecongres

 

 

couv BAT-light

 

DOCU SL792

 

1re-HR.jpg

 

 

1re-couv.-enchilada.jpg

H.bernheimcoverUne.jpg


amaz2.jpg

 

1-Couv_Chantier_def.jpg

 

FF5.jpg

a-cote-couv.jpg

 

 

9782228905831.jpg

 

 

 

Perturb.jpg

 

couvL-Amour.jpg

 

multitudes42-couverture recto corrige jpeg-d1ddf 

CouvMerci

CouvJesuisunefemme2



wassyla-couverture.jpg

 



 

 





 

 


Nous contacter

re.belles@free.fr 

 

ECOUTER DE LA MUSIQUE

 

 

 

 RETOUR À : la page d'accueil

 

logo-40-ans.jpg

 

 

 

Si la liberté était le cri de guerre des femmes des années 70, en ce début d'année 2015, elle est aussi le cri de rassemblement de millions de gens, audible au delà des frontières.

 

CharlieAffBlog

 

CharlieAffBlog

 

CharlieAffBlog

 

 

CharlieAffBlog

 

CharlieAffBlog

 

CharlieAffBlog

 

 

 

 

 

• 

 

Communiqué de presse

Pintemps 2014

solidarité avec

Najat Vallaud Belkacem
 P1020471

 

Depuis sa nomination au ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Najat Vallaud Belkacem subit une volée d’attaques et d’injures sexistes, racistes, misogynes, émanant à la fois de certains membres du personnel politique, de certains medias, de certains sites internet, de certains individus ou groupes s’exprimant sur les réseaux sociaux.
Elle est attaquée et injuriée sous divers angles : pour ce qu’elle pense, pour ce qu’elle a fait en tant que ministre des droits des femmes, pour ce qu’elle est, une jeune femme française d’origine marocaine. Sont ainsi visés ses idées, son action, son parcours, sa personne.
Nous tenons à affirmer notre entière solidarité avec Najat Vallaud Belkacem, conscientes qu’à travers elle, est aussi gravement mis en cause ce que doit être l’égalité républicaine,  c’est-à-dire l’égalité entre les sexes, entre les origines, entre les personnes.

 

Associations signataires :
Féminisme et géopolitique
40 ans de MLF
Forum femmes méditerranée
Chiennes de garde
Collectif féministe contre le viol
Libres MarianneS
Réussir l’égalité femmes-hommes
Ligue du droit international des femmes
Réseau féministe Ruptures
Fit une femme un toit
Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir
Coordination du lobby européen des femmes
Le monde à travers un regard
Femmes solidaires
Planning familial
Elles aussi
Association nationale des études féministes
Assemblée des femmes
Elues contre les violences faites aux femmes
Fédération nationale solidarité femmes
Du côté des femmes
Fédération nationale GAMS
Osez le féminisme
Féministes en mouvements

 

contact : http://www.martine-storti.fr/

 

 

 

« Les droits des femmes doivent être mis à l’agenda politique européen », réclament Marie-Noëlle Bas (Chiennes de garde), Magali De Haas (Osez le féminisme), Sabine Salmon (Femmes Solidaires), Annie Sugier (Ligue du droit international des femmes)... après le récent rejet par le Parlement de l'Union d'un rapport sur l'égalité salariale. A quelques semaines des élections des députés de l'UE, elles proposent d'en faire « un enjeu significatif du vote ».

 

Pour la deuxième fois en quelques mois, le Parlement européen a rejeté un texte qui visait à faire avancer l’égalité femmes - hommes en Europe. Les conservateurs, une fois de plus, se sont mobilisés contre l’égalité salariale, la lutte contre les stéréotypes sexistes ou l’accès des femmes aux responsabilités. Comme à leur habitude et prenant modèle sur leurs collègues américains, ils mènent en Europe un combat systématique contre les femmes au détriment de leur liberté et de leur émancipation. Plus étonnant, ils ont pu compter sur des députés s’affirmant progressistes pour s’abstenir et ainsi permettre le rejet du texte.

 

Ce rejet n’est pas un épisode isolé, il s’inscrit dans une série de reculs et de remises en cause des droits des femmes en Europe. Que l’on aborde la question de la contraception et de l’avortement, que l’on parle de permettre aux femmes d’accéder aux responsabilités ou encore de l’égalité des salaires, on se heurte à un mur de conservatisme qui freine n’importe quelle avancée, même minime. Pendant que l’Europe stagne, l’Espagne, la Lituanie ou la Macédoine font reculer le droit à l’avortement, pourtant clé de voute de la liberté des femmes et de l’égalité entre les sexes.

 

Que se passe-t-il dans les têtes de ces parlementaires ? Sont-ils, hommes et femmes, satisfaits des 18% d’écarts de salaire ? Sont-ils contents de constater que les femmes européennes ne sont que 25% dans les parlements nationaux ? Que parmi les 27 gouverneurs des Banques centrales, on ne compte aucune femme et qu’elles représentent par ailleurs 70% des travailleurs pauvres ? Qu’elles assument 2/3 des heures de travail pour ne toucher que 10% des revenus ? Qu’elles soient 62 millions victimes de violences physiques et sexuelles ? Est-ce cette Europe à laquelle nous aspirons et que nous souhaitons laisser aux générations futures ?

 

La responsabilité de la droite dans ces reculs est majeure. Celle des partis progressistes, qui n’ont pas réussi à mobiliser suffisamment ou qui se sont divisés, doit également nous interroger. Les quelques féministes qui se battent depuis longtemps dans ces organisations politiques le savent : l’égalité femmes - hommes, tout le monde est pour… mais ce n’est jamais la priorité ni le bon moment.

 

Quand les dirigeants de l’UE comprendront-ils qu’il ne sera pas possible de construire l’Europe sans les femmes et sans faire de leurs droits un automatisme des politiques publiques ? Tant que la moitié de la population sera victime de discriminations, d’inégalités et de violences, il ne sera pas possible de construire une Europe de justice et une Europe de paix.

 

Il ne s’agit pas uniquement des femmes elles-mêmes ou de leurs droits : c’est une vision de l’Europe que nous voulons porter. Continuera-t-elle à se construire indépendamment des intérêts de celles et ceux qui la constituent ? Continuera-t-elle à être l’objet de quelques individus blancs, aisés, vieillissants et déconnectés de la réalité des peuples qui depuis Bruxelles décident de l’avenir de millions de personnes, créent des normes dans de multiples domaines, mais relèguent aux Etats le droit de régir les libertés des femmes ? 

 

Les droits des femmes doivent être mis à l’agenda politique européen. Les élections européennes seront une occasion à saisir pour porter ce débat sur la scène européenne, d’en faire un enjeu significatif du vote et d’envoyer un signal clair aux institutions européennes : l’Europe ne se fera pas sans les femmes et ne se fera pas sans l’égalité.

 

Marie-Noëlle Bas, présidente des Chiennes de garde, Marie Cervetti, directrice du FIT, une femme, un toit, Caroline De Haas, militante féministe, Magali De Haas, Osez le féminisme, Monique Dental, réseau féministe Ruptures, Anne-Cécile Mailfert, Osez le féminisme, Françoise Morvan, Coordination Française pour le Lobby Européen des Femmes, Marie-Christine Lecomte, vice-présidente de Libres MarianneS, Françoise Picq, Association nationale des Etudes Féministes, Sabine Salmon, présidente de Femmes Solidaires, Martine Storti, présidente de féminisme et géopolitique, Annie Sugier, présidente de la Ligue du Droit International des Femmes

 

 

 

 

LE BLOC-NOTES  

de Martine Storti 

(sur son site)

http://www.martine-storti.fr/bloc-notes/

 

Genre : osez la liberté !

… Pour en revenir à ces ABCD expérimentés dans quelques écoles françaises, ils auraient dû s’appeler « ABCD de l’égalité et la liberté ». De les avoir mal nommés n’a pas empêché les cris d’orfraie. Pour la suite, il faudra oser mettre la carte sur la table, c’est-à-dire la carte de l’émancipation réelle qu’il faut concevoir comme Pierre Mendès France concevait la  République, « éternellement révolutionnaire à l’encontre des inégalités, de l’oppression et de la misère, de la routine, des préjugés et éternellement inachevée tant qu’il reste des progrès à accomplir ».

… lire le début :

http://www.martine-storti.fr/bloc-notes/


http://blogs.mediapart.fr/blog/martinestorti/140214/propos-du-genre-osez-la-liberte

 

 

 

                                                 

 

 

 

 

Amina.

Portrait par Quentin GIRARD

Libération 5 septembre 2013

 

http://www.liberation.fr/monde/2013/09/05/amina-un-nouveau-dessein_929693

 

Le blog

http://freeamina.blogspot.fr

 

197071_10151406005293370_132952934_n.jpg

 

 

nosseinstournante-50423

 

 


 

                                                

le 22 février 2014

Pinar Selek


pinar_home_02.jpg

L'humanité du 22 février 2014
Pinar Selek: Mandat d'arrêt international annulé
Interpol a annulé le mandat d'arrêt par Ankara qui visait la sociologue turque Pinar Selek, condamnée à la prison à vie en Turquie et réfugiée en France. C'est ce qu'a annoncé le député français  Philippe Bies (PS), membre de son comité de soutien.
"La commission de contrôle d'Interpol a annulé le mandat d'arrêt international qui avait été émis par Ankara et supprimé Pinar Selek de ses fichiers", a indiqué le député PS du Bas-Rhin, Philippe Bies, à l'AFP, se référant à une information officielle du ministère de l'Intérieur. "La sociologue retrouve sa liberté de mouvement" au sein des quelque 190 pays membres d'Interpol, à l'exception de la Turquie où elle reste poursuivie, a relevé l'élu. "La suite du combat, c'est son acquittement en Turquie", a ajouté le député.
Pinar Selek a été condamnée en janvier 2013 à la prison à vie par la Cour pénale d'Istanbul, alors qu'elle avait été acquittée à trois reprises auparavant, en 2006, 2008 et 2011. La sociologue, qui réside à Strasbourg, a réagi avec satisfaction à la levée de son mandat d'arrêt. "C'est une bonne nouvelle", a-t-elle dit, jointe par téléphone. Mais "mon seul but est l'acquittement et de rentrer chez moi", a-t-elle ajouté.
Pinar Selek a été condamnée pour "participation à un attentat à l'explosif contre un site touristique d'Istanbul, qui avait fait sept morts en 1998." Incarcérée peu après, elle a été impliquée dans cette affaire pour avoir refusé de donner à la police les noms de rebelles kurdes qu'elle avait rencontrés dans le cadre de ses recherches.
Elle avait été libérée en 2000 à la suite de la publication d'un rapport attribuant l'explosion en question à une fuite de gaz. Elle a quitté la Turquie en 2009, et obtenu en février 2013 l'asile politique en France. 

 www.pinarselek.fr/

solidaritepinarselek.france@gmail.com  

 

pinar_home_01.jpg


Couv iXe100x130 OK2-copie-1

Éditions iXe 5€

http://www.editions-ixe.fr/

 

 

                                                          

ARCHIVES

 JOURNAUX DU MLF         

 

• le torchon brûle n°0 - intégralité.

• le torchon brûle spécial Fête des Mères
• Chroniques du MLF : premiers articles, premiers journaux


Torchon2couvL

 

  Histoire du MLF             

 

• Chronologie des années 1970, 1971, 1972.

• 8 mars, du mythe à la réalité.  

• PLACE DES DROITS DES FEMMES ET DES HOMMES, 26 août 2010 - 26 août 1970 ARC DE TRIOMPHE - Olympe de Gouges, Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne  

 

arc1-2m.jpg

 

  Presse                              


• Le non-anniversaire d'octobre 2008 + presse 2008/2009  

DIALLO - DSK / OPINIONS DANS LA PRESSE

 

  Livres                               

 

• Livres et revues 2011/2012

• Livres et revues 2010

Rencontre avec deux libraires et une éditrice  

• Françoise Pasquier, éditions Tierce et Deuxtemps-Tierce, 1976-1993  

• Françoise Pasquier, éditrice

 

MernissiMod

 

  Programmes 2010             

  40 ans du MLF                   

 

• PLACE DES DROITS DES FEMMES ET DES HOMMES, 26 août 2010

• LE CONGÈS INTERNATIONAL FÉMINISTE

• LES PROGRAMMES 2010 DÉTAILLÉS

• LE CALENDRIER 2010

• LES PROGRAMMES AUTOUR 


MF0911029

28 août 2010 6 28 /08 /août /2010 16:50

RETOUR À LA PAGE D'ACCUEIL  

 

 

 

 

De l'Arc de Triomphe (26 août 1970) à la place du droit des Femmes et des Hommes (actuelle esplanade du Trocadéro ou "des droits de l'Homme"), le 26 août 2010, les filles et petites filles de la femme du soldat inconnu fêtent les 40 ans du MLF, Mouvement de libération des femmes et rappellent que le féminisme est un combat de tous les temps…

 

 

UnHs2estUneF.jpg

 

 

 

MF0911025.jpg   MF0911029.jpg

Cathy Bernheim et Danielle Prévôt 

 

Photographies DR Blog Re-Belles

 

Lecture de la déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne

 

 

gouges.jpg

 

Par Marie Gouze, dite Olympe de Gouges

A décréter par l’assemblée nationale dans ses dernières séances ou dans celle de la prochaine législature.


Préambule

 

Les mères, les filles, les soeurs, représentantes de la nation, demandent d’être constituées en assemblée nationale. Considérant que l’ignorance, l’oubli ou le mépris des droits de la femme, sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des gouvernements, ont résolu d’exposer dans une déclaration solennelle, les droits naturels inaliénables et sacrés de la femme, afin que cette déclaration, constamment présente à tous les membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs devoirs, afin que les actes du pouvoir des femmes, et ceux du pouvoir des hommes pouvant être à chaque instant comparés avec le but de toute institution politique, en soient plus respectés, afin que les réclamations des citoyennes, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la constitution, des bonnes moeurs, et au bonheur de tous.

 

En conséquence, le sexe supérieur en beauté comme en courage, dans les souffrances maternelles, reconnaît et déclare, en présence et sous les auspices de l’Etre suprême, les Droits suivants de la Femme et de la Citoyenne.

 

Article I.

La femme naît libre et demeure égale à l'homme en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune.

 

Article II.

Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de la Femme et de l'Homme : ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et surtout la résistance à l'oppression.

 

Article III.

Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la Nation qui n'est que la réunion de la Femme et de l'Homme : nul corps, nul individu, ne peut exercer d'autorité qui n'en émane expressément.

 

Article IV.

La liberté et la justice consistent à rendre tout ce qui appartient à autrui ; ainsi l'exercice des droits naturels de la femme n'a de bornes que la tyrannie perpétuelle que l'homme lui oppose ; ces bornes doivent être réformées par les lois de la nature et de la raison.

 

Article V.

Les lois de la nature et de la raison défendent toutes actions nuisibles à la société : tout ce qui n'est pas défendu par ces lois, sages et divines, ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu'elles n'ordonnent pas.

 

Article VI.

La Loi doit être l'expression de la volonté générale ; toutes les Citoyennes et Citoyens doivent concourir personnellement, ou par leurs représentants, à sa formation ; elle doit être la même pour tous : toutes les citoyennes et tous les citoyens étant égaux à ses yeux, doivent être également admissibles à toutes dignités, places et emploi publics, selon leurs capacités, et sans autres distinctions que celles de leurs vertus et de leurs talents.

 

Article VII.

Nulle femme n'est exceptée ; elle est accusée, arrêtée et détenue dans les cas déterminés par la Loi. Les femmes obéissent comme les hommes à cette Loi rigoureuse.

 

Article VIII.

La loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires, et nul ne peut être puni qu'en vertu d'une Loi établie et promulguée antérieurement au délit et légalement appliquée aux femmes.

 

Article IX.

Toute femme étant déclarée coupable, toute rigueur est exercée par la Loi.

 

Article X.

Nul ne doit être inquiété pour ses opinions mêmes fondamentales, la femme a le droit de monter sur l'échafaud ; elle doit avoir également celui de monter à la tribune : pourvu que ses manifestations ne troublent pas l'ordre public établi par la Loi.

 

Article XI.

La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de la femme, puisque cette liberté assure la légitimité des pères envers les enfants. Toute Citoyenne peut donc dire librement, je suis mère d'un enfant qui vous appartient, sans qu'un préjugé barbare la force à dissimuler la vérité ; sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi.

 

Article XII.

La garantie des droits de la femme et de la citoyenne nécessite une utilité majeure ; cette garantie doit être instituée pour l'avantage de tous, et non pour l'utilité particulière de celles à qui elle est confiée.

 

Article XIII.

Pour l'entretien de la force publique, et pour les dépenses de l'administration, les contributions de la femme et de l'homme sont égales ; elle a part à toutes les corvées, à toues les tâches pénibles ; elle doit donc avoir de même part à la distribution des places, des emplois, des charges, des dignités et de l'industrie.

 

Article XIV.

Les Citoyennes et Citoyens ont le droit de constater par eux-mêmes, ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique. Les Citoyennes ne peuvent y adhérer que par l'admission d'un partage égal, non seulement dans la fortune, mais encore dans l'administration publique, et de déterminer la quotité, l'assiette, le recouvrement et la durée de l'impôt.

 

Article XV.

La masse des femmes, coalisées pour la contribution à celle des hommes, a le droit de demander compte, à tout agent public, de son administration.

 

Article XVI.

Toute société, dans laquelle la garantie des droits n'est pas assurée, ni la séparation des pouvoirs déterminée, n'a point de Constitution : la Constitution est nulle, si la majorité des individus qui composent la Nation n'a pas coopéré à sa rédaction.

 

Article XVII.

Les propriétés sont à tous les sexes réunis ou séparés ; elles sont pour chacun un droit inviolable et sacré ; nul ne peut en être privé comme vrai patrimoine de la nature, si ce n'est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l'exige évidemment, et sous la condition d'une juste et préalable indemnité.

 

Postambule.

 

Femme, réveille-toi ; le tocsin de la raison se fait entendre dans tout l'univers ; reconnais tes droits. Le puissant empire de la nature n'est plus environné de préjugés, de fanatisme, de superstition et de mensonges. Le flambeau de la vérité a dissipé tous les nuages de la sottise et de l'usurpation. L'homme esclave a multiplié ses forces, a eu besoin de recourir aux tiennes pour briser ses fers. Devenu libre, il est devenu injuste envers sa compagne. Ô femmes ! Femmes, quand cesserez-vous d'être aveugles ? Quels sont les avantages que vous avez recueillis dans la révolution ? Un mépris plus marqué, un dédain plus signalé. Dans les siècles de corruption vous n'avez régné que sur la faiblesse des hommes. Votre empire est détruit ; que vous reste-t-il donc ? La conviction des injustices de l'homme. La réclamation de votre patrimoine, fondée sur les sages décrets de la nature ; qu'auriez-vous à redouter pour une si belle entreprise ? le bon mot du législateur des noces de Cana ? Craignez-vous que nos Législateurs Français, correcteurs de cette morale, longtemps accrochée aux branches de la politique, mais qui n'est plus de saison, ne vous répètent : femmes qu'y a-t-il de commun entre vous et nous ? Tout, auriez-vous à répondre. S'ils s'obstinaient, dans leur faiblesse, à mettre cette inconséquence en contradiction avec leurs principes ; opposez courageusement la force de la raison aux vaines prétentions de supériorité ; réunissez-vous sous les étendards de la philosophie ; déployez toute l'énergie de votre caractère, et vous verrez bientôt ces orgueilleux, non serviles adorateurs rampant à vos pieds, mais fiers de partager avec vous les trésors de l'Être suprême. Quelles que soient les barrières que l'on vous oppose, il est en votre pouvoir de les affranchir ; vous n'avez qu'à le vouloir. Passons maintenant à l'effroyable tableau de ce que vous avez été dans la société ; et puisqu'il est question, en ce moment, d'une éducation nationale, voyons si nos sages Législateurs penseront sainement sur l'éducation des femmes.

 

Les femmes ont fait plus de mal que de bien. La contrainte et la dissimulation ont été leur partage. Ce que la force leur avait ravi, la ruse leur a rendu ; elles ont eu recours à toutes les ressources de leurs charmes, et le plus irréprochable ne leur résistait pas. Le poison, le fer, tout leur était soumis ; elles commandaient au crime comme à la vertu. Le gouvernent français, surtout, a dépendu, pendant des siècles, de l'administration nocturne des femmes ; le cabinet n'avait point de secret pour leur indiscrétion ; ambassade, commandement, ministère, présidence, pontificat, cardinalat ; enfin tout ce qui caractérise la sottise des hommes, profané et sacré, tout a été soumis à la cupidité et à l'ambition de ce sexe autrefois méprisable et respecté, et depuis la révolution, respectable et méprisé.

Dans cette sorte d'antithèse, que de remarques n'ai-je point à offrir ! Je n'ai qu'un moment pour les faire, mais ce moment fixera l'attention de la postérité la plus reculée. Sous l'ancien régime, tout était vicieux, tout était coupable ; mais ne pourrait-on pas apercevoir l'amélioration des choses dans la substance même des vices ? Une femme n'avait besoin que d'être belle ou aimable ; quand elle possédait ces deux avantages, elle voyait cent fortunes à ses pieds. Si elle n'en profitait pas, elle avait un caractère bizarre, ou une philosophie peu commune, qui la portait aux mépris des richesses ; alors elle n'était plus considérée que comme une mauvaise tête : la plus indécente se faisait respecter avec de l'or ; le commerce des femmes était une espèce d'industrie reçue dans la première classe, qui, désormais, n'aura plus de crédit. S'il en avait encore, la révolution serait perdue, et sous de nouveaux rapports, nous serions toujours corrompus ; cependant la raison peut-elle se dissimuler que tout autre chemin à la fortune est fermé à la femme que l'homme achète, comme l'esclave sur les côtes d'Afrique. La différence est grande ; on le sait. L'esclave commande au maître ; mais si le maître lui donne la liberté sans récompense, et à un âge où l'esclave a perdu tous ses charmes, que devient cette infortunée ? Le jouet du mépris ; les portes même de la bienfaisance lui sont fermées ; elle est pauvre et vieille, dit-on ; pourquoi n'a-t-elle pas su faire fortune ? D'autres exemples encore plus touchants s'offrent à la raison. Une jeune personne sans expérience, séduite par un homme qu'elle aime, abandonnera ses parents pour le suivre ; l'ingrat la laissera après quelques années, et plus elle aura vieilli avec lui, plus son inconstance sera inhumaine ; si elle a des enfants, il l'abandonnera de même. S'il est riche, il se croira dispensé de partager sa fortune avec ses nobles victimes. Si quelque engagement le lie à ses devoirs, il en violera la puissance en espérant tout des lois. S'il est marié, tout autre engagement perd ses droits. Quelles lois reste-t-il donc à faire pour extirper le vice jusque dans la racine ? Celle du partage des fortunes entre les hommes et les femmes, et de l'administration publique. On conçoit aisément que celle qui est née d'une famille riche, gagne beaucoup avec l'égalité des partages. Mais celle qui est née d'une famille pauvre, avec du mérite et des vertus ; quel est son lot ? La pauvreté et l'opprobre. Si elle n'excelle pas précisément en musique ou en peinture, elle ne peut être admise à aucune fonction publique, quand elle en aurait toute la capacité. Je ne veux donner qu'un aperçu des choses, je les approfondirai dans la nouvelle édition de tous mes ouvrages politiques que je me propose de donner au public dans quelques jours, avec des notes.

Je reprends mon texte quant aux moeurs. Le mariage est le tombeau de la confiance et de l'amour. La femme mariée peut impunément donner des bâtards à son mari, et la fortune qui ne leur appartient pas. Celle qui ne l'est pas, n'a qu'un faible droit : les lois anciennes et inhumaines lui refusaient ce droit sur le nom et sur le bien de leur père, pour ses enfants, et l'on n'a pas fait de nouvelles lois sur cette matière. Si tenter de donner à mon sexe une consistance honorable et juste est considéré dans ce moment comme un paradoxe de ma part, et comme tenter l'impossible, je laisse aux hommes à venir la gloire de traiter cette matière ; mais, en attendant, on peut la préparer par l'éducation nationale, par la restauration des moeurs et par les conventions conjugales. "

 

 

 

 

MF0911033.jpg

 

Cathy Bernheim et Martine Storti 

 

AU PAYS DES HOMMES-ROIS

 

Arc de Triomphe : en portant une gerbe « À la femme inconnue du soldat », nous avons souligné que les femmes aussi, traversaient l’histoire d’un pays. Mais leur disparition  de l’Histoire officielle, de ses symboles et de ses récits, nous amenait à constater qu’il y avait  une guerre aussi pour les femmes, contre les femmes. C’est pour faire face à cette guerre des sexes que les féministes des années 70 se sont rassemblées. Mais aujourd’hui, nous dit-on, les femmes ont obtenu tout ce qu’elle veulent : liberté, égalité, sexualité… Ah bon ? Vraiment ? Alors, pourquoi sommes-nous ici ce matin ? Vous qui luttez au quotidien pour vous faire entendre, vous le savez bien. Vous êtes ici, je suis ici, parce qu’être femme, ça n’est pas tout à fait normal au pays des hommes-rois. Ça ne va pas encore de soi.

Femmes, quand on regarde autour de ce soi si controversé, si surveillé, si balisé, on se rend compte que partout, les hommes sont toujours rois.

Oh bien sûr, pas chaque petit bonhomme, individuellement, si prompt pourtant à défendre l’ordre des hommes-rois. Lui, le petit homme, il sait tout juste encore qui il est, donneur de sperme ou fils éprouvette, chair canon ou poil au menton. Cet homme là a vacillé sur son socle comme toutes les idoles des siècles précédents avant de s’écraser dans la poussière. Il n’a plus de royaume où exercer, seul et souverain, sa tyrannie sur ses sujets, sa famille et ses terres. Mais il a encore tous ses frères avec qui jouer au plus fort. Car ensemble, les hommes sont rois d’un pays plus vaste que le monde. Partout, ils décident ce qui est bon et bien, ils dictent les lois de la vie en commun. Démocratiquement ou autoritairement mais toujours, entre hommes. Rois de la terre, des mers et des cieux. Du travail, des loisirs et du pieu. Des assemblées, des commissions et des nations. Des cultures, de l’élevage et des religions. Ce n’est pas une accusation, c’est un fait. Une multitude de faits innombrables et multiples qui tous se rejoignent. En convergeant, ces faits forment une toile dans laquelle s’empêtrent tous les insectes, femelles et mâles, qui tentent de partager l’ espace des maîtres. Encore rares sont celles et ceux qui s’en plaignent. Car sous prétexte d’intimité, une foule immense de serfs et serves consentent à leur emprise, confortent leur empire.

C’est sur ce terrain, l’intimité, que nous avions choisi de frapper en déclarant la grève des femmes à la suite des Américaines. Comme le dit Virginia Woolf dans « Trois guinées » : « L’univers de la vie privée et celui de la vie publique sont inséparables. Les tyrannies et les servilités de l’un sont aussi les tyrannies et les servilités de l’autre. »

Cathy Bernheim

 

 

26 août 2010

Pour les quarante ans du MLF,

hommage à des femmes qui ont fait avancer la cause des femmes

 

hpis_172379440.jpg

 

Françoise Picq

 

Olympe de Gouges (1748- 1793)

« Article premier : La femme nait et demeure égale à l’homme en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune ») (GF, p.183) Déclaration des Droits de la femme et de la citoyenne, 1791.

            Les femmes ont droit à l’échafaud, elles doivent avoir droit à la tribune.

 

Flora Tristan (1803-1844)

« Tous les malheurs du monde proviennent de cet oubli ou mépris qu’on a fait (1818-1902),  jusqu’ici des droits naturels et imprescriptibles de l’être femme » (-Flora Tristan L’Union ouvrière, 1834) ;

« La loi qui asservit la femme et la prive d’instruction vous opprime vous, hommes prolétaires […] affranchissez les dernières esclaves […] proclamez les Droits de la Femme » (Flora Tristan L’Union ouvrière, 1844).

 

Hubertine Auclert, (1848-1914)

« Femmes de France, je vous le dis du haut de cette tribune. Ceux qui nient notre égalité, dans le présent, la nieront dans l’avenir. Comptons donc sur nous-mêmes, n’abandonnons pas nos revendications. Nous sommes depuis des siècles trop victimes de la mauvaise foi, pour nous oublier nous-mêmes et croire qu’en travaillant pour le bien-être général, nous aurons notre part du bien général ». Hubertine Auclerc, Discours au Congrès ouvrier socialiste de Marseille, 1879.

 

Elisabeth Cady Stanton et Suzan B. Anthony  (1820-1906)

"Nos hommes aux idées larges nous ont conseillé le silence pendant la guerre [civile] et nous avons gardé le silence en nourrissant un sentiment d'injustice ; il nous ont conseillé le silence à New York et au Kansas pour ne pas compromettre le "suffrage des nègres"; ils ont menacé, au cas où nous ne suivrions pas ce conseil, de nous laisser mener toutes seules notre combat. Nous avons lutté seules et nous avons essuyé une défaite. Mais seules, nous avons pu mesurer notre force : nous avons renoncé à tout jamais aux conseils des hommes; et nous avons fait le vœu solennel que plus jamais il n'y aura de silence, tant que  les femmes n'auront, partout sur cette terre verdoyante, les mêmes droits que les hommes. "  (Elisabeth Cady Stanton et Suzan B. Anthony "Message aux générations futures":The history of women suffrage, t. II, 1882),

 

Nelly Roussel (1878-1922)

Que les femmes posent leurs conditions pour enfanter : « Plus d’enfants pour le capitalisme qui en fait de la chair à travail que l’on exploite ou de la chair à plaisir que l’on souille ». Posons nos conditions  « Et si elles ne sont point acceptées…, faisons ce que font tous les travailleurs conscients et dignes, lorsqu’on les exploite, les maltraite et les bafoue : Faisons la grève ! Faisons la grève, Camarade ! la grève des ventres » (Génération consciente, décembre 1919-mai 1920)

 

Simone de Beauvoir (1908-1986)

« On ne naît pas femme, on le devient. C’est l’ensemble de la civilisation qui élabore ce produit intermédiaire entre le mâle et le castrat qu’on qualifie de féminin »

« Quand sera aboli l’esclavage d’une moitié de l’humanité et tout le système d’hypocrisie qu’il implique, […], le couple humain trouvera sa vraie figure. […] C’est au sein du monde donné qu’il appartient à l’homme de faire triompher le règne de la liberté ; pour remporter cette suprême victoire il est entre autres nécessaire que par delà leurs différenciations naturelles hommes et femmes affirment sans équivoque leur fraternité » (Le Deuxième sexe, 1949).

 

Christiane Rochefort (1917-1998)

Il y a un moment où il faut sortir les couteaux.

C'est juste un fait. Purement technique. 

Il est hors de question que l'oppresseur aille comprendre de lui-même qu’il opprime, puisque ça ne le fait pas souffrir: mettez-vous à sa place.

Ce n'est pas son chemin.

Le lui expliquer est sans utilité.

L'oppresseur n'entend pas ce que dit son opprimé comme un langage mais comme un bruit. C'est dans la définition de l'oppression.

En particulier les plaintes de l'opprimé sont sans effet, car naturelles. Pour l'oppresseur il n'y a pas oppression, forcément, mais un fait de nature.

Aussi est-il vain de se poser comme victime : on ne fait par là qu'entériner un fait de nature, que s'inscrire dans le décor planté par l'oppresseur.

[…]

Au niveau de l'explication, c'est tout à fait sans espoir. Quand l'opprimé se rend compte de ça, il sort les couteaux. Là on comprend qu'il y a quelque chose qui ne va pas. Pas avant.

Le couteau est la seule façon de se définir comme opprimé. La seule communication audible.

Peu importent le caractère, la personnalité, les mobiles actuels de l'opprimé.

C'est le premier pas réel hors du cercle.

C'est nécessaire. 

Christiane ROCHEFORT. (Préface à Scum Manifesto)

 

Monique Wittig (1936-2003)

« Nous, depuis ce temps immémorial, vivons comme un peuple colonisé dans le peuple, si bien domestiquées que nous avons oublié que cette situation de dépendance ne va pas de soi. C’est pour l’homme que nous sommes nourries et élevées, c’est par l’homme que nous vivons, il peut acheter notre corps et quand il est rassasié, il peut s’en débarrasser.  […]

Nous sommes la classe la plus anciennement opprimée. En tant que telle, nous voulons commencer la lutte contre le pouvoir qui maintient cette oppression. […]. La lutte commence pour nous. […] Maintenant que nous avons théoriquement les mêmes droits que les hommes, ce qui nous apparaît clairement, c’est cette monstruosité : il existe dans les sociétés modernes une sorte de travail qui n’a pas de valeur d’échange, c’est le travail que nous faisons à la maison […]. Nous l’appelons ce travail, travail servile. […] nous disons que tant qu’il restera dans ce pays une femme opprimée, serve dans sa famille, victime de discrimination dans son travail public, nous les femmes, nous ne serons pas libérées et c’est pour toutes que nous voulons la libération » (« Combat pour la libération de la femme, L’Idiot International, mai 1970)

 

 

 

 

hpis_172379438.jpg

 

Martine Storti 

 

 

hpis_172379442.jpg

 

Françoise Flamant

 

 

hpis_172379446.jpg

 

Maya Surduts

 

 

hpis_172379443.jpg

 

Catherine Deudon

 

 

hpis_172379459---copie.jpg

 

Liliane Kandel

 

 

hpis_172379448.jpg

 

Danielle Prévôt et Sandrine Goldschmidt 

 

 

hpis_172379455.jpg

 

 

 

hpis_172379456.jpg

 

à droite Danièle Cottereau

 

 

hpis_172379460.jpg

 

Laetitia Puertas et Nicole Fernandez Ferrer

 

 

hpis_172379462.jpg

 

LaetitiaPuertas

 

 

hpis 172379444

 

Cathy Bernheim et Emmanuelle de Lesseps,

toutes deux présentes à l'Arc de Triomphe le 26 août 1970

 

 

 

 

 

Mais aussi

26 août 1970/ 26 août 2010

Une autre commémoration a bel et bien eu lieu – certes moins rassembleuse et légèrement plus confidentielle...

Elles étaient trois, plus une journaliste locale, ce matin-là à Lescouët-Jugon, doux village de France situé dans les Côtes d’Armor qui arbore fièrement son monument aux… morts très spécifiquement masculins.

 

image

 

Et devinez un peu qui se cache derrière un mort officiellement reconnu ?

Au moins une femme inconnue !

 

image-1

Ou comment, en voilant, l’artiste dévoile… le pot aux roses : l’invisibilité symbolique des femmes.

 

ZEROSE présente l’avis en rose...

Tablier rose pour monument aux morts

Une action artistique* de valéri.e bouillon le 26 août 2010 à Lescouët-Jugon (Côtes d’Armor)

“L'action artistique de ce 26 août 2010 a pour but de commémorer l'action militante du 26 août 1970 à Paris où 9 femmes avaient déposé une gerbe à la mémoire de "la femme inconnue du soldat inconnu".

Ce geste ayant plus ou moins marqué le début de la renaissance du féminisme en France, aujourd'hui, 40 ans plus tard, devant le monument aux morts de ce village de France, un parmi d'autres, qui ne reconnaît que la valeur des hommes, par ce tablier rose symbole de leurs tâches quotidiennes, je rends hommage au courage non reconnu de toutes les femmes, d'ici et d'ailleurs, de maintenant comme de jadis.

Je dédie mon geste aux femmes qui, partout, ici comme ailleurs, poursuivent la lutte contre la domination masculine et, en particulier, aux femmes indiennes du gang des saris roses (Gulabi Gang).”

Merci à Marie-Noëlle Milteau et Caroline Widehem (dite Théophraste Merlot) pour leur soutien.

Le film de la performance sera disponible fin septembre sur le site web de la très prochaine TéléDebout.

*Technique d’expression artistique, la performance est la mise en œuvre ou en espace d’une création. C’est une action symbolique par laquelle l’artiste rend visible l’invisible avec des moyens esthétiques : formes, couleurs, matières…

 

ZEROSE promeut les artistes plasticiennes et les arts plastiques auprès des femmes. Elle défend un art social propre à faire évoluer les mentalités dans le sens du respect et de l’égalité de tou.te.s et propose des ateliers visant à créer du lien social entre femmes et à favoriser le partage des connaissances.

 http://zerose-org.blogspot.com/

 

 

Dans la presse

Nous complèterons cette revue de presse au fur et à mesure…

 

UnHs2estUneF.jpg

 

Pour voir les journaux de FR3 du 26 août suivre ce lien :

http://info.francetelevisions.fr/video-info/index-fr.php?id-categorie=JOURNAUX_LES_EDITIONS_REGIONALES_PARIS_ILE_DE_FRANCE

Pour voir le site de FR3 consacré aux 40 ans du mouvement de libération des femmes suivre cet autre lien :

 http://paris-ile-de-france-centre.france3.fr/info/paris-ile-de-france/les-40-ans-du-mlf-64431718.html 

 

 

Image-14.jpg

 

Pour voir le 20h de France 2 du 26 août suivre ce lien :

http://info.francetelevisions.fr/?id-categorie=JOURNAUX

puis cliquer sur JT > 20h > éditions > Nationale

 

Les 40 ans du MLF - Libération vidéo
26 août 2010. A l'occasion des 40 ans du Mouvement de Libération des Femmes (MLF), des militantes féministes ont rebaptisé le Trocadero en "Place des droits des femmes et des hommes". Tout comme en 1970, elles avaient déposé une gerbe à la femme du soldat inconnu.
Mots-clés : mlf féminisme militant

 

 

france  >  société

Actualités- Une centaine de militantes fêtent les 40 ans du MLF ( France Info - 26 août 2010 )

Le MLF (Mouvement de libération des femmes) commémorait aujourd’hui ses 40 ans. Une centaine de militantes se sont réunies aujourd’hui sur le Parvis des Droits de l’Homme, au (...)

 


 

3932.jpg

http://www.lejdd.fr/Societe/Social/Actualite/Les-anciennes-du-MLF-passent-le-relais-216630/

 

Social  |   28 Août 2010  |  Mise à jour le 30 Août 2010

Les "anciennes" du MLF passent le relais

feminisme-manif pics 180

Il y a quarante ans, une dizaine de militantes se ruaient sur la tombe du soldat inconnu pour honorer... sa femme! Cathy Bernheim était là.

Debout sur son estrade de fortune, plantée au milieu de l’esplanade du Trocadéro, Cathy Bernheim*, 64 ans, joue des cordes vocales pour demander que le parvis des Droits-de-l’Homme soit rebaptisé "place des Droits-des-Femmes-et-des-Hommes". Ce jeudi 26 août 2010, pour les

40 ans du Mouvement de libération des femmes, les oratrices et les références aux illustres pionnières se succèdent. Ici, Olympe de Gouges et sa déclaration des droits de la femme et de la citoyenne. Là, Flora Tristan et sa lutte pour le droit au divorce. Plus loin, Simone de Beauvoir et son célèbre "On ne naît pas femme: on le devient".

La sono a lâché. Le public reste clairsemé. L’enthousiasme, lui, est présent. Les pancartes avec les slogans d’époque – "Je suis une femme, pourquoi pas vous", "Une femme sans homme, c’est un peu comme un poisson sans bicyclette" – retrouvent une nouvelle jeunesse. "Le combat continue" semble être le mot d’ordre que ces militantes aux cheveux parfois grisonnants se seraient passé.

D’ailleurs, rendez-vous est pris pour la manifestation samedi en faveur de Sakineh, cette Iranienne condamnée à mort par lapidation.

Les rebelles en pantalon sont conduites au poste de police

De l’Arc de Triomphe, où le premier coup d’éclat médiatique a eu lieu, au Trocadéro, les phallocrates diront certainement qu’en quarante ans le chemin parcouru par les militantes du MLF dépasse à peine le kilomètre. Contraception, droit à l’avortement, lutte pour disposer de son corps, leur répondront ces dernières. Même s’il est vrai que les années 1980 et 1990 ont été une période de reflux. Et que les actions un brin provocatrices, comme celle du 26 août 1970, ne sont plus au programme. Ce jour-là, à peine sortie de la voiture de son frère, Cathy Bernheim fond sur ses amies. Elles sont une dizaine, tentent de se frayer un chemin vers la tombe du soldat inconnu. Les policiers de l’Arc de Triomphe découvrent, interdits, une des banderoles que ces militantes déploient: "Il y a plus inconnu que le soldat inconnu, sa femme". Les hommes au képi font barrage. Et appellent, devant cette menace, deux cars de police en renfort. Les rebelles en pantalon sont conduites au poste et chantent à tue-tête tout le long du chemin.

"L’idée était de faire savoir que des femmes se réunissaient, que des groupes existaient, que la révolution était en marche", s’emballe Cathy Bernheim. Emmanuelle de Lesseps en était, elle aussi. "Nous n’arrêtions pas de rire. Il régnait un esprit de révolte et d’euphorie. Enfin, nous pouvions nous exprimer. Depuis, il y a eu des progrès, mais les luttes de libération ne finissent jamais", note cette femme discrète qui n’aime pas prendre la parole en public. Cathy Bernheim acquiesce. "Il reste encore beaucoup à faire. Par exemple dans le domaine du travail. Aujourd’hui, quand on parle des “familles monoparentales”, ça veut dire des femmes seules avec enfants. Et pour les nourrir, elles doivent accepter n’importe quel boulot précaire", s’offusque-t-elle.

Elles, les "anciennes", voient ces célébrations comme autant d’occasions de rencontres avec les "nouvelles" dont le collectif La Barbe ou Osez le féminisme. La sociologue et spécialiste de l’histoire du Mouvement de libération des femmes Françoise Picq relève qu’"il a fallu du temps à la nouvelle génération pour qu’elle se dise que tout n’était pas gagné. Aujourd’hui, elle tâtonne.

Un certain nombre de thèmes ont émergé, comme les violences, l’égalité des salaires ou la place des femmes dans la vie politique. Mais pas encore vraiment de thèmes mobilisateurs et qui unifient". Dans les années 1920, l’égalité des droits était le mot d’ordre. Cinquante plus tard, les femmes voulaient pouvoir disposer de leur corps. Et le militantisme repartait.

Aujourd’hui, l’époque de Mai-68 et du plein-emploi semble bien loin. « On ne peut plus prendre deux ans de notre vie pour militer », explique Caroline de Haas, d’Osez le féminisme. Ce qui n’empêche pas de mener des combats. Au rang des priorités, l’égalité professionnelle. "A poste égal, les femmes touchent toujours des salaires inférieurs de 27 % à ceux des hommes. Quant aux postes précaires, ils sont occupés à 80 % par des femmes", souligne l’animatrice de ce réseau né en 2009. Et de s’alarmer aussi contre les milliers de viols dont on ne parle pas.

A côté de ces luttes, "anciennes" et "nouvelles" restent conscientes qu’il faut aussi défendre leurs acquis, comme le droit à l’avortement. "En 2009, le gouvernement a voulu supprimer les subventions au Planning familial. Il a reculé et, au moins, ça nous a réveillées", affirme Caroline de Haas. Le 6 novembre prochain, plusieurs associations défileront pour défendre ce droit conquis en 1975. Sans doute l’occasion de retrouver Cathy Bernheim et ses amies. Pour l’heure, celles-ci ont quitté la place du Trocadéro pour aller refaire le monde au Café de l’Homme… Décidément.

* Une nouvelle édition du livre de Cathy Bernheim, Perturbation, ma sœur, paraît le 2 septembre aux éditions du Félin, 240 p., 11,50 euros.

Arthur Nazaret - Le Journal du Dimanche

Samedi 28 Août 2010

 

 

 

 

AFP

 

 

Depeche---40-ans-du-MLF--la-lutte-doit-c.jpg

Depeche---Une-centaine-de-militantes-com.jpg

 

 

 zen_logo.jpg

http://www.francesoir.fr/politique/aujourd-hui-le-mot-feministe-sonne-comme-une-grossierete.12780

 

“Aujourd’hui le mot féministe

sonne comme une grossièreté”

Juliette Demey et Sarah Lévy 26/08/10 à 11h15

Le 26 août 1970 marque l’acte fondateur de ce qui deviendra le Mouvement de libération des femmes. Quarante ans plus tard, les combats restent nombreux.


40-ans-mlf 0


Un clin d’œil ? Pas seulement. Pour l’écrivain Cathy Bernheim, le rendez-vous a un goût spécial : il y a quarante ans, le 26 août 1970, elle était l’une des dix femmes qui brandissaient la banderole proclamant : « Un homme sur deux est une femme », sur les Champs-Elysées. Sous l’Arc de Triomphe, elles avaient déposé une gerbe « à la femme du soldat inconnu », avant d’être interpellées. Ce 26 août, « pour la première fois, la volonté politique des femmes de se faire entendre apparaît sur la place publique », explique Cathy Bernheim aujourd’hui.

Toujours des inégalités

Le mouvement de libération des femmes prendra ensuite son réel essor en France. Il a ses figures de proue : Simone de Beauvoir, Antoinette Fouque, Monique Wittig, Anne Zelensky ou Jacqueline Feldman. Quarante ans après, les acquis sont nombreux, de l’avortement à la pilule en passant par la parité…

Mais selon un sondage « Elle-Ifop », 75 % des femmes estiment que leur situation reste moins enviable que celle des hommes. Malgré 7 lois depuis 1972, elles gagnent toujours 27 % de moins que les hommes en moyenne. L’Assemblée nationale ne compte que 18 % de députées.

Sans parler des violences domestiques… Aujourd’hui, des mouvements comme Osez le féminisme, La Barbe ou les Chiennes de garde rappellent, chacun à leur façon, que ce combat pour l’égalité est d’actualité. « Chaque génération invente “son” féminisme », selon Christine Bard, historienne et sociologue. « Les jeunes femmes d’aujourd’hui sont confrontées à un monde plus dur et anxiogène que celui de leurs aînées. Elles ont besoin d’être soutenues, et non culpabilisées pour leur éventuel engagement. » Les aînées ont répondu présentes.

“Aujourd’hui le mot féministe sonne comme une grossièreté”

Porte-parole de la cause féministe dans le monde culturel et médiatique, l’ex-chroniqueuse de Laurent Ruquier n’a pas sa langue dans sa poche quand il s’agit de défendre les droits des femmes. Actuellement, elle prépare même un spectacle sur ce thème.

France-Soir. Qu’évoque pour vous le MLF ?

Isabelle Alonso. Le MLF n’est pas de mon temps ni de ma génération, pourtant c’est le mouvement par lequel tout est arrivé.

F.-S. Que représente le mot féministe pour vous aujourd’hui ?

I. A. C’est une partie de ma panoplie d’humaniste et de démocrate. Quelque chose de fondamental pour un meilleur équilibre dans le monde.

F.-S. Pensez-vous que les jeunes filles soient assez sensibilisées à la cause féminine de nos jours ?

I. A. Ce serait un miracle si elles l’étaient. Il y a une telle entreprise de démolition de l’idée du féminisme que c’est mal vu de militer pour les droits des femmes. Aujourd’hui le mot « féministe » sonne comme une grossièreté. Les hommes ont immédiatement l’image d’une femme frustrée. Beaucoup pensent que je ne les aime pas. C’est faux ! Je ne déteste pas les hommes. Au contraire…

F.-S. Comment la passion du féminisme vous est-elle venue ?

I. A. Quand j’étais enfant, les différences entre les filles et les garçons me gonflaient déjà. Je ne trouvais pas normal qu’on doive jouer à la poupée tandis qu’eux avaient tous les jouets téléguidés. Et puis mon père et ma mère n’ont jamais considéré comme légitime la différence faite entre filles et garçons. J’ai toujours été traitée comme mes frères.

F.-S. Pensez-vous qu’il y ait encore des raisons de se battre aujourd’hui en France ?

I. A. Bien sûr, on stagne en ce moment, il reste la lutte contre les inégalités salariales, les violences faites aux femmes, la question du port de la burka. Certes, les femmes se considèrent davantage comme les sujets de leur propre vie mais au niveau social et politique, on recule.

F.-S. Quelle solution s’offre-t-elle alors aux femmes ?

I.-A. Si on faisait toutes ensemble des actions plus radicales, comme celles de José Bové, peut-être qu’on se ferait mieux entendre… Dans tous les cas, il faut se sentir belle et rebelle par principe car c’est toujours plus constructif que de dire « oui papa », « oui chéri » ou « oui mon fils » comme le disaient les féministes des années 1970.

 

 

La suite des publications prochainement et :

pour voir toutes les publications dans le web :

MLF+Trocadero+Google

 

RETOUR À LA PAGE D'ACCUEIL  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Published by Re-Belles
commenter cet article

commentaires

BALLADYNA de TEMPÊTE 04/09/2010 19:24


Je m'ai permis de re-publier ce texte chez moi:
http://www.myspace.com/balladyna.navaja/blog
et
http://balladynadetempete.wordpress.com
(lien court: http://wp.me/p11jmr-3R)


Discussions, Rencontres, Colloques

 

 

 

/ séminaire

« VIDÉO DES PREMIERS TEMPS »

dont l'Association Carole Roussopoulos est partenaire et qui s'intéressera cette année aux

« Politiques de la vidéo : revendication d'autonomie et inscription institutionnelle ».    

Le séminaire aura lieu un lundi par mois, entre 17h30 et 20h, à la BnF, site Richelieu, en salle des commissions (5 rue Vivienne, 75002 Paris – Rez-de-chaussée – Métro : Bourse, Pyramides ou Palais-Royal).

 

 

/ séminaire

TRAVELLING FEMINISTE 

"PENSÉES ET USAGES CRITIQUES DES IMAGES"

Travelling Féministe est un laboratoire de recherche et d'expérimentation sur les usages féministes, queer, postcoloniaux des archives audiovisuelles, travaillant autour des ressources du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir, fondé en 1982 par Carole Roussopoulos, Delphine Seyrig et Ioana Wieder.

programme en attente 

 

IEC-coll-pratiques-5juin-prog

 

 

http://www.institutemilieduchatelet.org/

 

 

/ Cycle de conférences : « Quarante ans de recherches sur les femmes, le sexe et le genre »

 

/ Séminaire Sexe et Genre : pour un dialogue interdisciplinaire au carrefour des sciences de la vie et des sciences humaines 

 

/ Le Café de l’Institut Émilie du Châtelet

18h30 à 20h30 : Jardin des Plantes, Restaurant La Baleine, 47 rue Cuvier 75005 Paris

    

/ Conférence 

 

/ Assises de l'IEC 2012  


/ Colloque 

 

/ Journée Jeune recherche
de l’Institut Émilie du Châtelet

 

http://www.institutemilieduchatelet.org/

 

>

 

 

les-causeries-presidentielles-copie-1.jpg

 

Le Centre Hubertine Auclert

Centre francilien de ressources pour l'égalité femmes-hommes
7 impasse Milord, 75018 Paris

Centre de ressources

Causeries

Séminaires

Agendas/Actualités…

http://www.centre-hubertine-auclert.fr/

 

 

 

>

 

 

aa3cf053333049baa9cf52a39df980d7-CCP_IMG_145xAUTO.jpg

 

 

 

> 

Catégories

/ ACTUS / OPINIONS /

 

MANIFS / ACTIONS         

 

Le 8 mars c'est toute l'année!


 

 

 

 

 

 

 

credit-sarah-vermande.jpg

 

Figaro, ici, Figaro, là, Figaro en haut, et Figaro en bas !

 

Ce n’est pas le fameux air du Barbier de Séville,  mais la présentation tout aussi virile de la saison 2013-2014 de l’Opéra de Paris, que 10 activistes de la Barbe ont brièvement interrompue aujourd’hui.
Pour ne prendre que les opéras, sur 19 oeuvres programmées, 19 compositeurs, 19 virils librettistes, 19 metteurs en scène, et, 18 chefs d'orchestre masculins sur 19.
Depuis là scène où elles avaient rejoint Mr Christophe Ghristi directeur de la dramaturgie et la directrice du Ballet sortante Mme  Brigitte Lefevre (bientôt remplacée par Mr Benjamin Millepied), les barbues se sont félicitées de la bonne tenue virile du programme:
« Comme Rodolphe sut sacrifier Mimi à son art, de même vous savez faire place nette et ne laisser que le mâle talent s’exprimer et s’épanouir lorsqu’il s’agit de diriger.  A la baguette comme à la tête de votre noble établissement. "Riez" donc Messieurs – à l’instar de  la Marguerite de Faust - "de vous voir si beaux en ce miroir" que vous tend La Barbe".
 "à part Werther, les femmes sont pourtant à l 'honneur dans le répertoire" a bravement tenté Mr Ghristi alors que les barbues regagnaient les coulisses guidées par le service d'ordre.

Quelques chiffres :
 
Saison 2013-2014 de l’Opéra de Paris
    •    Opéras (sur 19) : 19 hommes compositeurs / 19 hommes librettistes / 19 hommes metteurs en scène / 18 hommes chefs d'orchestre
    •    Ballets (sur 19) : 19 hommes compositeurs / 15 hommes chorégraphes
    •    Concerts symphoniques (sur 8) : 8 hommes compositeurs / 8 chefs d’orchestre
 
Chiffres Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques, 2012 :
    •    96% des opéras sont dirigés par des hommes
    •    70% des centres chorégraphiques nationaux sont dirigés par des hommes
    •    85% des centres dramatiques nationaux sont dirigés par des hommes
    •    95% des concerts sont dirigés par des hommes 

 

www.labarbelabarbe.org

 

labarbelabarbe@gmail.com


fb : groupe d’action féministe la barbe
tw : @labarbelabarbe

 

3f632f4ae2.jpg

DR-Simone de Beauvoir et Alice Schwarzer

 

 

OPINIONS                         

L'écho des actes

Dans le feu de l’action, il arrive que les actes dépassent la pensée. Évaluer la portée des événements et des actions entreprises pour leur répondre, prendre son temps, préciser son opinion. : autant de moyens de sortir de l’urgence de l’actualité pour s’éclaircir les idées.

+ ici > • Ne pas aller place des Vosges !  

 

INTERNATIONAL              

Yabiladies le magazine des maghrébines

  ici > http://www.yabiladies.com/articles/details/9448/femmes-arabes-annees-lumieres-liberte.html

 http://www.yabiladies.com/

Le plus.Nouvelobs

Révolutions arabes : la démocratie, incompatible avec le droit des femmes ?

Réminiscence de notre propre histoire, les révolutions arabes ?

Geneviève Fraisse nous livre son analyse :

 ici > http://leplus.nouvelobs.com/contribution/210393;revolutions-arabes-la-democratie-incompatible-avec-le-droit-des-femmes.html

Sur Radio Canada 

 ici > le-feminisme-musulman-nexiste-pas-Wassyla Tamzali 

  Toutes les vidéos du Congrès du 2, 3 et 4 déc 2010

 ici >  Le congrès international féministe 2010

 

MÉDIAS                                

> EGALITÉ-info

les femmes et les hommes font l'info

> Un nouveau blog

Feministes en tous genres

qui publie des entretiens et des articles sur le genre et la sexualité 

http://feministesentousgenres.blogs.nouvelobs.com/

 > Une nouvelle émission

sur France Inter consacrée aux femmes

Désormais tous les vendredi à 9h

Les femmes, toute une histoire-F-Inter-dim16h-17h

 Présentée par Stéphanie Duncan

LES NOUVELLES news • , l'autre genre d'info

 

En marge du 6 octobre 1979

Le mouvement féministe d’après 68 en France est une histoire atypique et houleuse qui a laissé des traces… Pour moi, encore aujourd’hui, écrire en majuscules “MLF“ est une épreuve, une émotion et une interrogation. 

Pour comprendre, il faut revenir à la journée du 6 octobre 1979. Une Marche des Femmes est prévue pour que la loi Veil de 75, légalisant provisoirement l’avortement, soit confirmée lors de sa révision, prévue à la session parlementaire de l’automne 79. 

Boulevard Raspail (?), à l’heure dite, la foule des femmes est impressionnante et quand la manifestation a démarré nous sommes 40 à 50.000. Nous n’avions jamais vu ça. Je savais que des collègues à moi, instits. en Seine-Saint-Denis, avaient prévu de venir… Mais là, ces milliers de femmes de tous horizons, c’était le bonheur d’un aboutissement : “toutes les femmes“, sans drapeaux ni signes distinctifs. Elles sont dans la rue pour leur Liberté.

Mais voilà que des galopades bizarres se font sur les côtés. Un petit groupe habillé en vert et blanc. Certaines portent d’immenses lettres M, L, F, vertes aussi, d’autres distribuent des tracts, elles tentent de prendre la tête de la manifestation sans y parvenir, ouf ! C’est Psyképo pour les initiées ; le groupe psychanalyse et politique, librairie des femmes, éditions des femmes, Antoinette et ses groupies, on a l’habitude… Si ce n’est que… 

...Quelques jours plus tard nous apprenons que “Mouvement de Libération des Femmes – MLF“ a été déposé comme marque commerciale à l’Institut National de la Propriété Industrielle. 

Les tentatives d’Antoinette Fouque pour s’approprier le mouvement des "femmes" et du même coup de "les" déposséder de ce qu'"elles" viennent de conquérir ont commencé bien avant l’automne 1979 et continuent encore aujourd’hui. La dernière offensive était en octobre dernier. Pour en connaître les détails, les méthodes et les déjouer, vous pouvez lire les articles parus dans la presse nationale du mois d’octobre 2008.