Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Re-Belles
  • Re-Belles
  • : Re-Belles. 40 ans du mouvement de libération des femmes , MLF Appellation d'Origine Incontrôlée. Objectif : FÉMINISTES TANT QU'IL FAUDRA !
  • Contact

livres, expos, dépêches...

l-emancipation-creatrice-aff.jpg

 

9h30 - 10h00 Introductions
Richard Conte, professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur de l’institut ACTE
(Arts-Créations-Théories-Esthétiques) UMR. Sorbonne / CNRS
Hélène Périvier, économiste, OFCE, coresponsable de PRESAGE, Programme de Recherche et d’Enseignement des
SAvoirs sur le GEnre
Françoise Gaill, directrice de recherche émérite au CNRS, ancienne directrice de l’Institut Ecologie et Environnement (INEE), conseillère scientifique à l’INEE
10h00 - 11h00 Dialogue
Jacques Rancière, professeur émérite à l’université Paris 8, département de Philosophie
Geneviève Fraisse, directrice de recherche émérite au CNRS (Philosophie), comité scientifique de PRESAGE
11h15 - 11h45 Excluding politics : For a history of muses and ruses
Penelope Deutscher, professeure au département de Philosophie, Northwestern University, Evanston, IL
11h45 - 12h15 Une histoire émancipatrice
Florence Rochefort, historienne, CNRS (GSRL), présidente de l’Institut Emilie du Châtelet (IEC)
12h15-12h45 Réponse de Geneviève Fraisse
12h45 - 14h15 Déjeuner
14h15 - 14h25 Ménage et remue-ménage dans les concepts
Margaret Maruani, directrice de recherche au CNRS, CERLIS/université Paris Descartes, directrice du Mage et de
Travail, genre et sociétés.
14h25 - 14h55 Les contretemps de la création
Stefania Ferrando, doctorante en Etudes politiques (EHESS/institut Marcel Mauss – LIER)
14h55 - 15h25 Identité, égalité et émancipation
Patrick Savidan, professeur des universités à l’université de Poitiers
15h30 – 15h55 Intermède musique
Artiste invitée: Joëlle Léandre
16h - 17h15 Table ronde l’émancipation créatrice
Présidée par Hélène Périvier
Laure Adler, écrivaine et productrice à Radio France
ORLAN, artiste
Sabine Prokhoris, psychanalyste et philosophe
17h15 - 17h45
Geneviève Fraisse
Intermède musique
Artiste invitée : Joëlle Léandre
Remerciements et pot de clôture

 

l-emancipation-creatrice-prog.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

invitation-Libralire-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

FRANÇOISE HUGUIER

AU DOIGT ET À L'ŒIL

Autoportrait d'une photographe

Sabine Wespieser éditeur


9782848051635FS.gif


Mes princesses charmantes à moi sont des petites sorcières qui jetaient leurs poupées au feu dans la cour d'une école de religieuses, et incitaient leurs amies à en faire autant. Sans le savoir, elles rejouaient l'histoire de leurs lointaines ancêtres, les sorcières brûlées jadis par une tradition de part et d'autre du mur d'incompréhension que les religions dressent entre les gens de bonne volonté. Vous remarquerez que je n'emploie pas la formule (con)sacrée : « hommes de bonne volonté »… Car les hommes, parfois, semblent faire preuve d'une singulière mauvaise volonté quand il s'agit de se défaire de leurs habitudes, prérogatives et autres grigris destinés à masquer leur impuissance fondamentale.
Or, tout le monde le sait, seuls ceux qui se croient puissants craignent vraiment l'impuissance. Les autres s'en accommodent ou la contournent.


Ainsi, une petite sorcière de mes amies découvrit très vite la loi du plus fort, ayant crapahuté comme enfant otage dans la jungle vietnamienne (« J'avais huit ans », Actes Sud, 2005). Elle s'en accommoda le temps qu'il fallait et en garda singulièrement une curiosité extrême pour l'humanité dans son ensemble, et particulièrement celle qui vit sous d'autres latitudes que la nôtre.


Armée de sa seule générosité et de son œil curieux, on la vit donc arpenter presque tous les continents, du Japon au Mali et du Détroit de Behring (« En route pour Behring », Maeght, 1993) à St-Pétersbourg (« Kommounalki », Actes Sud, 2008), « Sur les traces de l'Afrique fantôme » (Maeght, 1990) ou dans les coulisses des femmes « Sublimes » (Actes Sud, 1999) de la mode. Car parfois, elle s'arrêtait à Paris* entre deux voyages et trouvait le moyen d'y découvrir des lieux, des histoires, des corps, des visages, le plus souvent de femmes, qu'en général on ne regarde pas de cette manière : avec tendresse et acuité.


Elle raconte ses reportages et bien d'autres choses dans son premier « autoportrait d'une photographe », paru récemment chez Sabine Wespieser. Son livre se lit comme un récit d'aventure, d'aventures au pluriel, dans une prose qui ne perd pas son temps à faire des circonvolutions, qui va droit au but, au plus près de son expérience et de ses rencontres.


C'est un beau livre d'une belle personne : mon amie la petite sorcière mais grande photographe.

 

Cathy Bernheim.


* Un exposition monographique

des œuvres

de Françoise Huguier

aura d'ailleurs lieu à Paris,

à la Maison Européenne de la photographie,

du 4 juin au 31 août 2014.

 

 

 

•  

 

 

logoCaSDB.jpg   

CENTRE AUDIOVISUEL

SIMONE DE BEAUVOIR

Projections

au Nouveau Latina :

20 rue du Temple, 75004 Paris, M°Hôtel de Ville 

Le programme :

http://www.centre-simone-de-beauvoir.com/agenda.html  

http://www.centre-simone-de-beauvoir.com/

   

 

ÉMISSION              

FEMMES LIBRES  

sur Radio Libertaire   

Les mercredis

18h30/20h30

Vous pouvez écouter et ou télécharger l'émission pendant 1 semaine sur: 

http://media.radio-libertaire.org/php/grille.php

et téléphoner pendant l’émission au 01 43 71 89 40

 

LIBRAIRIE           

VIOLETTE&CO   

102 rue de Charonne, 75011 Paris, M° Charonne ou Faidherbe-Chaligny 

Livres

- Rencontres

- Atelier d’écriture 

- Expositions  

http://www.violetteandco.com/librairie/ 


 

•  

 

 ÉDITIONS  iXe        

un nouveau titre aux Éditions iXe

http://www.editions-ixe.fr/    

 

 

 

• 

 


P1010295m2 

FrancoisePasquiercCDeudon.jpg

© Catherine Deudon 

 

 

 

 

 

 

 

Oceanerosemarie.jpg

 

 

Eva Besnyö, 1910-2003 :

"Quand je me déplace avec mon appareil photo, je vois les choses.

Avec un sac à provisions, je passe à côté de tout."

Besnyo_08bis.jpg 

 

Besnyo_21.jpg

Eva Besnyö, sans titre, 1976 (Action menée par les Dolle Mina, “Terug naar de Breinaald” / “Retour à l’aiguille à tricoter »)

 

 

LIRE L'ARTICLE DE CATHERINE GONNARD http://lemagazine.jeudepaume.org/2012/07/catherine-gonnard-eva-besnyo-une-femme-de-son-siecle/


Eva Besnyo-Autoportrait-1952 

Eva Besnyö, Autoportrait, Budapest, 1929 © Eva Besnyö / Maria Austria Instituut Amsterdam

 

 

cahun044.jpg

 

Brouiller les cartes. Masculin ? Féminin ? Mais ça dépend des cas. Neutre est le seul genre qui me convienne toujours.


  

Après le passage des footballeuses lesbiennes sud africaines en France le reportage vidéo de TV5 Monde

http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/Terriennes/Videos/Reportages/p-22210-Lesbiennes-et-footballeuses-en-Afrique-du-Sud-elles-temoignent.htm

foot-for-love-003

 

 


220px-Self-portrait_as_the_Allegory_of_Painting_by_Artemisi.jpg

 

 

 

Encore Elles !

Unknown.jpeg

 

Le DVD

Durée 52 min
Co-production France Télévision
Format PAL
Type Multi Zone DVD 5 Pal DVD-R
Disponible en Français
Prix : 15.00 €

Pour l'acheter et voir la bande annonce :

http://www.lahuit.com/article/fra/encore-elles

Ou 

 http://www.violetteandco.com/librairie/

 

 

26 août 2010

Place du Droit des Femmes et des Hommes…

Au Trocadéro

 

Merci Nelly pour tous ce travail photographique !

 

trocadero-aout-2010.jpg

 

40ans-du-Mouvement.-26_8_2010jpg.jpg

 

26 août 1970/ 26 août 2010

 

Pour lire la suite : 

Place des Droits des Femmes et des Hommes

 

 

 

Sur RFI le 10 avril 2010

9h30-10h30

Valérie Nivelon évoque avec Martine Storti, Cathy Berneim et d'autres les premières années du MLF

ECOUTER :

RFI-10avril10-40-ans-mlf-quand-femmes-prennent-parole

 


Le dossier de TV5 MONDE
pour célébrer les 40 ans du MLF
 

Le dossier sur "Les 40 ans du MLF, Féministes d'hier et d'aujourd'hui"est désormais en ligne sur le site de TV5 Monde, page informations

Pour le consulter, voici le lien : 
http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/info/Les-dossiers-de-la-redaction/MLF-40-ans-feminisme-fevrier-2010

Et pour connaitre le programme spécial que TV5 Monde met en place pour célébrer les femmes, voici le lien : 
http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/info/Les-dossiers-de-la-redaction/8mars-journee-internationale-droits-femmes-2010

  



France Culture

Le 19 octobre 2009, de  9 à10h

LA FABRIQUE DE L'HISTOIRE

d'Emmanuel Laurentin

Thème : CULTE DES GRANDS HOMMES

Invitée Cathy Bernheim 

radiofrancefrance-culturefabriquenew/fiche

Pour écouter :

FCultureFabdelHistoire19-10-9

 

"Avant les grands hommes, les grandes femmes ! A l'occasion d'une série consacrée au culte des grands hommes, nous ouvrons la semaine en évoquant celles qui ont voulu rendre hommage à une anonyme : la femme du soldat inconnu.
C'était le 26 août 1970, une dizaine de militantes se réunissaient place de l'Etoile. Elle veulaient réaliser une action spectaculaire pour soutenir leurs consoeurs américaines qui avaient déclenché une grève. Ce sera la pose d'une gerbe à celle qui est encore "plus inconnue que son mari".
Cette action brève mais médiatisée lancera le mouvement féministe qui va rapidement se structurer.
Cathy Bernheim qui a déjà raconté cette histoire au début des années 1980 dans "Perturbation, ma sœur" (ed. Seuil) , revient sur l'ambiance de cet événement, quand les militantes féministes voulaient faire entrer les femmes dans l'histoire.

 



LIVRES :
Cliquer ici
• Livres et revues 2009/2010
ou • Livres et revues 2011/2012
Des livres que l'on peut trouver, disponibles ou sur commande, dans toutes les libraires de France et de Navarre.

 

TestFéminitéCouv

 

FaitsDurables-couv1-1


GenreNCHETCUTI-1.jpg

 

 

373723_439756126049471_1749968631_n.jpg

 

 

 

Unknown-copie-1.jpeg

 


FabduFemGFaisse 

 

couvlivrecongres

 

 

couv BAT-light

 

DOCU SL792

 

1re-HR.jpg

 

 

1re-couv.-enchilada.jpg

H.bernheimcoverUne.jpg


amaz2.jpg

 

1-Couv_Chantier_def.jpg

 

FF5.jpg

a-cote-couv.jpg

 

 

9782228905831.jpg

 

 

 

Perturb.jpg

 

couvL-Amour.jpg

 

multitudes42-couverture recto corrige jpeg-d1ddf 

CouvMerci

CouvJesuisunefemme2



wassyla-couverture.jpg

 



 

 





 

 


Nous contacter

re.belles@free.fr 

 

ECOUTER DE LA MUSIQUE

 

 

 

 RETOUR À : la page d'accueil

 

logo-40-ans.jpg

 

 

 

Si la liberté était le cri de guerre des femmes des années 70, en ce début d'année 2015, elle est aussi le cri de rassemblement de millions de gens, audible au delà des frontières.

 

CharlieAffBlog

 

CharlieAffBlog

 

CharlieAffBlog

 

 

CharlieAffBlog

 

CharlieAffBlog

 

CharlieAffBlog

 

 

 

 

 

• 

 

Communiqué de presse

Pintemps 2014

solidarité avec

Najat Vallaud Belkacem
 P1020471

 

Depuis sa nomination au ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Najat Vallaud Belkacem subit une volée d’attaques et d’injures sexistes, racistes, misogynes, émanant à la fois de certains membres du personnel politique, de certains medias, de certains sites internet, de certains individus ou groupes s’exprimant sur les réseaux sociaux.
Elle est attaquée et injuriée sous divers angles : pour ce qu’elle pense, pour ce qu’elle a fait en tant que ministre des droits des femmes, pour ce qu’elle est, une jeune femme française d’origine marocaine. Sont ainsi visés ses idées, son action, son parcours, sa personne.
Nous tenons à affirmer notre entière solidarité avec Najat Vallaud Belkacem, conscientes qu’à travers elle, est aussi gravement mis en cause ce que doit être l’égalité républicaine,  c’est-à-dire l’égalité entre les sexes, entre les origines, entre les personnes.

 

Associations signataires :
Féminisme et géopolitique
40 ans de MLF
Forum femmes méditerranée
Chiennes de garde
Collectif féministe contre le viol
Libres MarianneS
Réussir l’égalité femmes-hommes
Ligue du droit international des femmes
Réseau féministe Ruptures
Fit une femme un toit
Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir
Coordination du lobby européen des femmes
Le monde à travers un regard
Femmes solidaires
Planning familial
Elles aussi
Association nationale des études féministes
Assemblée des femmes
Elues contre les violences faites aux femmes
Fédération nationale solidarité femmes
Du côté des femmes
Fédération nationale GAMS
Osez le féminisme
Féministes en mouvements

 

contact : http://www.martine-storti.fr/

 

 

 

« Les droits des femmes doivent être mis à l’agenda politique européen », réclament Marie-Noëlle Bas (Chiennes de garde), Magali De Haas (Osez le féminisme), Sabine Salmon (Femmes Solidaires), Annie Sugier (Ligue du droit international des femmes)... après le récent rejet par le Parlement de l'Union d'un rapport sur l'égalité salariale. A quelques semaines des élections des députés de l'UE, elles proposent d'en faire « un enjeu significatif du vote ».

 

Pour la deuxième fois en quelques mois, le Parlement européen a rejeté un texte qui visait à faire avancer l’égalité femmes - hommes en Europe. Les conservateurs, une fois de plus, se sont mobilisés contre l’égalité salariale, la lutte contre les stéréotypes sexistes ou l’accès des femmes aux responsabilités. Comme à leur habitude et prenant modèle sur leurs collègues américains, ils mènent en Europe un combat systématique contre les femmes au détriment de leur liberté et de leur émancipation. Plus étonnant, ils ont pu compter sur des députés s’affirmant progressistes pour s’abstenir et ainsi permettre le rejet du texte.

 

Ce rejet n’est pas un épisode isolé, il s’inscrit dans une série de reculs et de remises en cause des droits des femmes en Europe. Que l’on aborde la question de la contraception et de l’avortement, que l’on parle de permettre aux femmes d’accéder aux responsabilités ou encore de l’égalité des salaires, on se heurte à un mur de conservatisme qui freine n’importe quelle avancée, même minime. Pendant que l’Europe stagne, l’Espagne, la Lituanie ou la Macédoine font reculer le droit à l’avortement, pourtant clé de voute de la liberté des femmes et de l’égalité entre les sexes.

 

Que se passe-t-il dans les têtes de ces parlementaires ? Sont-ils, hommes et femmes, satisfaits des 18% d’écarts de salaire ? Sont-ils contents de constater que les femmes européennes ne sont que 25% dans les parlements nationaux ? Que parmi les 27 gouverneurs des Banques centrales, on ne compte aucune femme et qu’elles représentent par ailleurs 70% des travailleurs pauvres ? Qu’elles assument 2/3 des heures de travail pour ne toucher que 10% des revenus ? Qu’elles soient 62 millions victimes de violences physiques et sexuelles ? Est-ce cette Europe à laquelle nous aspirons et que nous souhaitons laisser aux générations futures ?

 

La responsabilité de la droite dans ces reculs est majeure. Celle des partis progressistes, qui n’ont pas réussi à mobiliser suffisamment ou qui se sont divisés, doit également nous interroger. Les quelques féministes qui se battent depuis longtemps dans ces organisations politiques le savent : l’égalité femmes - hommes, tout le monde est pour… mais ce n’est jamais la priorité ni le bon moment.

 

Quand les dirigeants de l’UE comprendront-ils qu’il ne sera pas possible de construire l’Europe sans les femmes et sans faire de leurs droits un automatisme des politiques publiques ? Tant que la moitié de la population sera victime de discriminations, d’inégalités et de violences, il ne sera pas possible de construire une Europe de justice et une Europe de paix.

 

Il ne s’agit pas uniquement des femmes elles-mêmes ou de leurs droits : c’est une vision de l’Europe que nous voulons porter. Continuera-t-elle à se construire indépendamment des intérêts de celles et ceux qui la constituent ? Continuera-t-elle à être l’objet de quelques individus blancs, aisés, vieillissants et déconnectés de la réalité des peuples qui depuis Bruxelles décident de l’avenir de millions de personnes, créent des normes dans de multiples domaines, mais relèguent aux Etats le droit de régir les libertés des femmes ? 

 

Les droits des femmes doivent être mis à l’agenda politique européen. Les élections européennes seront une occasion à saisir pour porter ce débat sur la scène européenne, d’en faire un enjeu significatif du vote et d’envoyer un signal clair aux institutions européennes : l’Europe ne se fera pas sans les femmes et ne se fera pas sans l’égalité.

 

Marie-Noëlle Bas, présidente des Chiennes de garde, Marie Cervetti, directrice du FIT, une femme, un toit, Caroline De Haas, militante féministe, Magali De Haas, Osez le féminisme, Monique Dental, réseau féministe Ruptures, Anne-Cécile Mailfert, Osez le féminisme, Françoise Morvan, Coordination Française pour le Lobby Européen des Femmes, Marie-Christine Lecomte, vice-présidente de Libres MarianneS, Françoise Picq, Association nationale des Etudes Féministes, Sabine Salmon, présidente de Femmes Solidaires, Martine Storti, présidente de féminisme et géopolitique, Annie Sugier, présidente de la Ligue du Droit International des Femmes

 

 

 

 

LE BLOC-NOTES  

de Martine Storti 

(sur son site)

http://www.martine-storti.fr/bloc-notes/

 

Genre : osez la liberté !

… Pour en revenir à ces ABCD expérimentés dans quelques écoles françaises, ils auraient dû s’appeler « ABCD de l’égalité et la liberté ». De les avoir mal nommés n’a pas empêché les cris d’orfraie. Pour la suite, il faudra oser mettre la carte sur la table, c’est-à-dire la carte de l’émancipation réelle qu’il faut concevoir comme Pierre Mendès France concevait la  République, « éternellement révolutionnaire à l’encontre des inégalités, de l’oppression et de la misère, de la routine, des préjugés et éternellement inachevée tant qu’il reste des progrès à accomplir ».

… lire le début :

http://www.martine-storti.fr/bloc-notes/


http://blogs.mediapart.fr/blog/martinestorti/140214/propos-du-genre-osez-la-liberte

 

 

 

                                                 

 

 

 

 

Amina.

Portrait par Quentin GIRARD

Libération 5 septembre 2013

 

http://www.liberation.fr/monde/2013/09/05/amina-un-nouveau-dessein_929693

 

Le blog

http://freeamina.blogspot.fr

 

197071_10151406005293370_132952934_n.jpg

 

 

nosseinstournante-50423

 

 


 

                                                

le 22 février 2014

Pinar Selek


pinar_home_02.jpg

L'humanité du 22 février 2014
Pinar Selek: Mandat d'arrêt international annulé
Interpol a annulé le mandat d'arrêt par Ankara qui visait la sociologue turque Pinar Selek, condamnée à la prison à vie en Turquie et réfugiée en France. C'est ce qu'a annoncé le député français  Philippe Bies (PS), membre de son comité de soutien.
"La commission de contrôle d'Interpol a annulé le mandat d'arrêt international qui avait été émis par Ankara et supprimé Pinar Selek de ses fichiers", a indiqué le député PS du Bas-Rhin, Philippe Bies, à l'AFP, se référant à une information officielle du ministère de l'Intérieur. "La sociologue retrouve sa liberté de mouvement" au sein des quelque 190 pays membres d'Interpol, à l'exception de la Turquie où elle reste poursuivie, a relevé l'élu. "La suite du combat, c'est son acquittement en Turquie", a ajouté le député.
Pinar Selek a été condamnée en janvier 2013 à la prison à vie par la Cour pénale d'Istanbul, alors qu'elle avait été acquittée à trois reprises auparavant, en 2006, 2008 et 2011. La sociologue, qui réside à Strasbourg, a réagi avec satisfaction à la levée de son mandat d'arrêt. "C'est une bonne nouvelle", a-t-elle dit, jointe par téléphone. Mais "mon seul but est l'acquittement et de rentrer chez moi", a-t-elle ajouté.
Pinar Selek a été condamnée pour "participation à un attentat à l'explosif contre un site touristique d'Istanbul, qui avait fait sept morts en 1998." Incarcérée peu après, elle a été impliquée dans cette affaire pour avoir refusé de donner à la police les noms de rebelles kurdes qu'elle avait rencontrés dans le cadre de ses recherches.
Elle avait été libérée en 2000 à la suite de la publication d'un rapport attribuant l'explosion en question à une fuite de gaz. Elle a quitté la Turquie en 2009, et obtenu en février 2013 l'asile politique en France. 

 www.pinarselek.fr/

solidaritepinarselek.france@gmail.com  

 

pinar_home_01.jpg


Couv iXe100x130 OK2-copie-1

Éditions iXe 5€

http://www.editions-ixe.fr/

 

 

                                                          

ARCHIVES

 JOURNAUX DU MLF         

 

• le torchon brûle n°0 - intégralité.

• le torchon brûle spécial Fête des Mères
• Chroniques du MLF : premiers articles, premiers journaux


Torchon2couvL

 

  Histoire du MLF             

 

• Chronologie des années 1970, 1971, 1972.

• 8 mars, du mythe à la réalité.  

• PLACE DES DROITS DES FEMMES ET DES HOMMES, 26 août 2010 - 26 août 1970 ARC DE TRIOMPHE - Olympe de Gouges, Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne  

 

arc1-2m.jpg

 

  Presse                              


• Le non-anniversaire d'octobre 2008 + presse 2008/2009  

DIALLO - DSK / OPINIONS DANS LA PRESSE

 

  Livres                               

 

• Livres et revues 2011/2012

• Livres et revues 2010

Rencontre avec deux libraires et une éditrice  

• Françoise Pasquier, éditions Tierce et Deuxtemps-Tierce, 1976-1993  

• Françoise Pasquier, éditrice

 

MernissiMod

 

  Programmes 2010             

  40 ans du MLF                   

 

• PLACE DES DROITS DES FEMMES ET DES HOMMES, 26 août 2010

• LE CONGÈS INTERNATIONAL FÉMINISTE

• LES PROGRAMMES 2010 DÉTAILLÉS

• LE CALENDRIER 2010

• LES PROGRAMMES AUTOUR 


MF0911029

/ / /

Le 8 mars dans les années 70
De mémoire de féministe, dans les années 70, la manifestation du 8 mars était celle de la fierté… Pas besoin d'une revendication en particulier, d'une bonne raison, mais toutes les raisons et plus… Et les slogans les plus inattendus fleurissaient : "Une femme sans homme c'est comme un poisson sans bicyclette", "Cours, petite sœur, les avant-gardes sont derrière toi !", "Quand les femmes s'aiment, les hommes ne récoltent pas" et autres "Travailleurs de tous les pays, qui lave vos chaussettes" !?... Ou alors, ce dernier était-il pour un 1er mai ?…

M.Revel

Archives
Histoires d'Elles n° 0 
Paru le 8 mars 1977 avec, en pages 22-23 un dossier sur les origines de la Journée Internationale des Femmes signé “la boîte d'allumettes"1.

Hd-En01.jpg
Hd-E02-copie-1.jpg

Malgré des recherches dans les archives et jusqu'aux Etat-Unis, impossible de trouver trace de "l'une des premières grève de femmes opposant les ouvrières du textile à la police de New-York qui charge, tire et tue"2. Et les journalistes d'Histoire d'Elles de se demander " Qu'est-ce qui a bien pu en 1910, à Copenhague, déterminer Clara Zetkin et les participantes de la Deuxième Conférence Internationale des Femmes Socialistes à choisir la date du 8 mars 1857 pour fixer la Journée Internationale des Femmes ?"
Mais si à l'exploration, les origines restent mystérieuses, le sens lui s'éclaircit : "Derrière les fluctuations de date et de contenu, c'est la même lecture de l'histoire qui s'impose : celle qui fait de la Journée Internationale des Femmes un Premier Mai au féminin, et qui origine les mouvements de femmes à l'intérieur de la lutte des classes".
Nous publions le texte intégral de l'article en fac-similé.

Mais depuis 1977, le mythe de la grève de 1857 est tombé, grâce au travaux de recherche de Françoise Picq et Liliane Kandel rendus publics en 1982 dans La Revue d'En face, n° 12, automne 1982, republié dans Prochoix, n° 39, février 2007.3


Nous avons également pu faire un résumé de l'histoire du 8 mars grâce au livre de Florence Montreynaud, Le XXe siècle des femmes.4


HdE3.jpg
HdE4-1.jpg

HdE4-2-copie-2.jpgHd-E51-copie-1.jpg

Hd-E52.jpg


Histoire
Guerre froide sur le 8 mars

Si c'est bien Clara Zetkin et les femmes socialistes, réunies en 1910 en Conférence Internationale à Copenhague qui ont proposé et voté à l'unanimité la création de la journée internationale des femmes, si c'est bien Lénine en 1921 qui a fixé le 8 mars comme journée des femmes en URSS, pour commémorer la manifestation de femmes réclamant du pain et le retour de leurs maris du front, début de la révolution de février 1917, en France, c'est sur un mythe que le 8 mars a été instauré. Un mythe fondateur évidemment et c'est aux communistes et au journal l'Humanité que nous le devons. Clara Zetkin ce n'était pas assez, Lénine c'était trop... Le 8 mars 1948, à l'appel du parti communiste et de la CGT, 100 000 manifestantes défilent de la République à la statue de Jeanne d'Arc, 30 000 à Marseille, 12 000 à Lille et 5 000 à Lyon. Malgré les succès, pour les dirigeants communistes, l'image de la fête est trop associée à leur parti et aux pays de l'est, en ces temps ou le PCF vient à peine de sortir du gouvernement. Alors, quelques années plus tard, cap à l'ouest, de l'autre côté de l'Atlantique. Le 5 mars 1955, dans le quotidien l'Humanité paraît un article expliquant les origines de la commémoration par une grève d'ouvrières à New-York en 1857 et c'est pour cela que Clara Zetkin aurait choisi cette date... Dès lors, la journée internationale des femmes ne se limite plus aux pays socialistes mais, tant en Europe qu'aux État-Unis, les féministes en font leur journée symbolique. En France, c'est en 1982 que le 8 mars est devenu une célébration officielle.


1- La boîte d'allumettes : Josée Contreras, Anny Desreumaux, Christine Fauré, Liliane Kandel, Françoise Picq.
2- Dans Les Pétroleuses et le Quotidien des femmes en mars 1975.
3- Liliane Kandel et Françoise Picq, La Revue d’En face, n° 12, automne 1982
4- Florence Montreynaud, Le XXe siècle des femmes, Préface d'Elisabeth Badinter, Nathan, 1995.



La Revue d’En face, n° 12, automne 1982

le mythe des origines
à propos de la journée internationale des femmes 

Quelle est l’origine de la journée internationale des femmes ? Que commémore-t-on le 8 Mars de chaque année ? Une réponse claire et précise se trouve dans toute la presse militante; celle du PCF et de la CGT (Antoinette, Heures Claires), comme celle des groupes femmes (Les Pétroleuses, Des femmes en mouvement, Mignonnes allons voir sous la rose), que la grande presse reproduit (Le Matin, France-soir, Le Quotidien, janvier 82). 
8 mars 1857 ? 
“ Ce sont les Américaines qui ont commencé, lit-on dans Antoinette (no 1, mars 1964), c’était le 8 mars 1857... Pour réclamer la journée de 10 heures, elles ont envahi les rues de New-York ” Et quelles que soient les variantes de l’événement décrit - grève de couturières ou manifestation de rue - quelles que soient les revendications mises en avant - journée de 10 heures, à travail égal salaire égal, des crèches ou le respect de leur dignité - quelles que soient les détails - journée printanière ou procession dans la neige - …. tout le monde s’accorde, de Mignonnes allons voir sous la rose à Des femmes en mouvement hebdo tant sur la date originelle que sur les jalons de l’histoire de la journée internationale des femmes.  
Quelques divergences se font jour; ici on insiste sur la répression de la grève/manifestation des femmes : “ la police charge ce jour-là un long cortège misérablement vêtu ” (Antoinette, mars 1968) ; pour Les Pétroleuses (mars 1975) cette première grève de femmes oppose “les ouvrières du textile à la police de New York, qui charge, tire et tue ”. Ailleurs (ou à d’autres moments) on ne mentionne aucune répression, mais on parle du serment que firent ce jour-là, les confectionneuses “ de se retrouver chaque année à la même date ” (G. Suret-Canale, Antoinette, mars 1973). 
Cela ne semble pas pourtant porter atteinte à l'évidence de l’événement originaire. Pas plus que le choix fait ici ou là pour tel ou tel rappel des 8 mars mémorables : 8 mars 1917 les femmes de Petrograd descendent dans la rue et c’est le début de la Révolution russe (de février ou la préparation de celle d’octobre), 8 mars 1945, à Ravensbrück... 
Pourtant cette date de 1857 ne se trouve pas dans les sources américaines de l'époque. Les journaux américains de mars 1857 ne mentionnent aucune manifestation ou grève de femmes le 8 mars, qui était d’ailleurs un dimanche. 
Aucune référence non plus à cet événement dans les histoires du mouvement ouvrier aux Etats-Unis, (qui signalent d’autres grèves ou manifestations de femmes) ou dans les histoires du féminisme. On se demande où celles qui ont, un demi-siècle plus tard “adopté l’idée d’honorer la mémoire de ces courageuses Américaines ” (Heures Claires, mars 1976, entre autres) en ont trouve la trace. 
A vrai dire, cette date de 1857 ne se trouve pas mentionnée non plus par les dirigeantes du mouvement féminin socialiste international qui ont pris l’initiative de cette célébration. On ne la voit apparaître dans la presse communiste française que dans les années 50 – j’y viendrai tout à l’heure 
Une seule chose est sûre; c’est à la deuxième Conférence internationale des Femmes socialistes, a Copenhague, en août 1910, que fut prise, à l’initiative de Clara Zetkin, la décision - avalisée par le Congres de l’Internationale qui suivit - de célébrer chaque année une journée internationale des femmes. Elle reprenait l’initiative des femmes socialistes américaines qui avaient décidé, à partir de 1909 d’organiser chaque année, le dernier dimanche de février, une journée nationale pour l'égalité des droits civiques. 

Copenhague, 1910 
Les femmes socialistes n’avaient pas fixé 1857 comme événement primitif à commémorer, pas davantage ne s'étaient-elles prononcées pour la date du 8 mars, mais seulement sur le principe d’une célébration. Dans sa résolution de Copenhague, C. Zetkin proposait du reste de la fixer tous les ans, au moment des “ fêtes de Mai ”. 
C’est la direction du parti social-démocrate allemand qui fixa la première journée des femmes au 19 mars 1911, date nullement choisie au hasard. Depuis longtemps, la social-démocratie allemande commémorait à cette date deux événements : la révolution allemande de Berlin en 1848, et la Commune de Paris - et tous les ans en mars, bien avant 1911, die Gleichheit appelait les femmes à se joindre aux manifestations prévues. 
C’est donc sous le signe de deux dates importantes du mouvement ouvrier international que la journée internationale des femmes fut placée, dès sa naissance. Nous voilà loin de New-York, de 1857, des ouvrières du textile... Pourquoi pas, après tout ? Mais pourquoi aussi, ne pas le dire clairement ? Pourquoi, soixante-dix ans plus tard, nous raconter que c’est une lutte de femmes que nous commémorons, que c’est celle-ci et nulle autre que C. Zetkin et les congressistes de Copenhague avaient choisie ? 
La première journée internationale des femmes fêtée en 1911 obtint, notamment en Allemagne et en Autriche, un succès immense. A Berlin seulement, quarante-deux meetings eurent lieu simultanément, et plus de 30.000 femmes défilèrent dans les rues de Vienne, en Autriche. 
II n’y avait pas en France à ce moment de groupe de femmes socialistes capable de reprendre cette initiative, et il n’y eut pas de manifestation à Paris avant 1914.
La journée internationale des femmes dans la tourmente  
Instaurée en 1910, la tradition socialiste de la journée internationale des femmes a subi les contrecoups de la guerre puis de la scission du mouvement ouvrier. 
Elle fut d’abord l’occasion pour un très petit nombre de femmes socialistes de signifier, malgré la guerre, l’internationalisme prolétarien. Le Groupe des Femmes Socialistes (créé en 1913) ne l’ayant pas suivie dans son action anti-guerre, Louise Saumoneau diffusa en France I’“Appel” de Clara Zetkin et créa avec deux autres femmes (bolchevistes) un Comité d’action féminin Socialiste pour la Paix contre le Chauvinisme qu’elle représenta à Berne en mars 1915 à la Conférence internationale des femmes socialistes, prélude à la conférence socialiste internationale de Zimmervald (septembre 1915). En 1916 et 1917, le C.A.F.S.P.C. cé1ébra la journée internationale des femmes par l’envoi de lettres de solidarité et la tenue (difficile) de réunions privées, avant de se dissoudre à l’automne 1917. 
Les femmes socialistes eurent alors à prendre parti, individuellement, dans le grand schisme international du mouvement ouvrier. Louise Saumonneau, qui avait lutté pour l’internationalisme révolutionnaire et l'adhésion du Parti français à la troisième Internationale, cala devant les “ 21 conditions ” de Lénine et prit la “ ferme résolution de ne pas adhérer au parti de la proscription et des ‘épurations périodiques ”. Clara Zetkin au contraire adhéra à la IIIème Internationale, mais elle était minoritaire dans le Parti social démocrate allemand, elle avait déjà perdu en 1917 la direction du journal Die Gleichheit qu’elle avait créé et fait vivre pendant 23 ans. Elle tente en 1919 de relancer l’idée d’une conférence internationale de femmes socialistes, malgré la “ division dans le camp socialiste international ”. 

L’aube de la révolution 
Cependant la journée internationale des femmes trouva, à partir de la Russie, un nouveau départ. Les femmes socialistes y avaient en 1913 et 1914 célébré la journée internationale des ouvrières. Le 8 mars 1917 (23 février du calendrier russe) eurent lieu à Pétrograd des manifestations que les Bolcheviks désignèrent comme le premier jour de la révolution (de février). “ Sans tenir compte de nos instructions, écrit Trotski (Histoire de la révolution russe), les ouvrières de plusieurs tissages se sont mises en grève et ont envoyé des délégations aux métallurgistes pour leur demander de les soutenir.. . II n’est venu à l'idée d’un seul travailleur que ce pourrait être le premier jour de la Révolution ”. L’histoire bolchevique officielle ne tardera d’ailleurs pas à s’attribuer la paternité de cette manifestation. “ Le 23 février (8mars), à l’appel du comité bolchevik de Petrograd, les ouvrières descendirent dans la rue pour manifester contre la famine, la guerre, le tsarisme. Cette manifestation fut soutenue par l’action gréviste des ouvriers de Petrograd ” (Histoire du Parti bolchevik,, citée par V. Michaut, Cahiers du Communisme, 1950) 
Spontanées ou non, féminines ou non, des manifestations ont eu lieu ce jour-1à pour la paix et contre la faim dont L’Humanité du 11-3-l917 fait état d’après une dépêche du Times du 9 Mars. “ En 1917, écrit Alexandra Kollontaï, la journée des ouvrières est devenue mémorable dans l’histoire. Ce jour-là les femmes russes ont levé le flambeau de la Révolution prolétarienne et mis le feu au monde; la révolution de février a fixé son commencement & ce jour. 
C’est donc une nouvelle tradition qui est instaurée, sous les auspices du Parti bolchevik de la Troisième Internationale; chaque année, la Russie des Soviets fête dignement ses ouvrières tandis que les femmes sont appelées dans les autres pays à commémorer “ l’action énergique des ouvrières de Pétrograd ” (l'Humanité, 6.3.22). “ La journée internationale des Ouvrières, conclut Alexandra Kollontaï, est devenue journée internationale de lutte pour la libération complète et absolue des femmes, ce qui signifie lutte pour la victoire des soviets et du communisme ”. 
Le 8 mars (ou une date proche) sera désormais l’occasion pour les partis communistes de mobiliser les femmes, de les “ appeler à la lutte sous le drapeau communiste ” (L’Ouvrière, 4-3-24), en même temps que de développer en direction des femmes la propagande du Parti ou l’action du Syndicat. C’est cette date qu’on choisit pour lancer l’Ouvrière,organe de propagande parmi les femmes ” (n° 1, 11-3-22) selon les directives de l’Internationale. Directives qui seront appliquées à la lettre : les 8 Mars successifs seront autant de sollicitations (ou d’injonctions) aux femmes de protester contre la guerre du Maroc ou de Syrie, de soutenir la République espagnole, les mouvements antifascistes italiens – mais peu de choses y seront dites quant à leurs luttes propres. 
Entre les deux guerres, la journée internationale des femmes est devenue l’objet d’âpres disputes entre la Deuxième et la Troisième Internationale - en France entre le PCF et la SFIO qui ne le cé1èbrent pas à la même date.  
Depuis la fin de la seconde guerre, elle est officiellement célébrée dans tous les pays socialistes; en France le PCF (relayé par la CGT) n’a jamais cessé de manifester à cette occasion (parfois unique) l’intérêt qu’il porte aux femmes. 

8 mars 1857, l’élaboration d’un mythe 
Dans les différents appels à la célébration de la journée internationale des femmes entre les deux guerres il est rare qu’on rappelle un quelconque événement. Celui de 1917 est parfois mentionné mais n’apparaît pas comme un référent nécessaire; la décision de 1910 est souvent citée et quelquefois l’initiative première des femmes socialistes américaines (parfois attribuée au Parti dans son ensemble). 
En 1950 celle-ci est mise au premier plan et éclipse l’origine soviétique; il s‘agit de montrer que cette tradition n’est pas “ une ‘diabolique invention soviétique ”. L’Humanité du 4-3-1950 cite un article de Victor Michaut dans le numéro de mars des Cahiers du Communisme : “Le Parti Socialiste américain à son. Congrès de 1908 décida en effet de consacrer le dernier dimanche de février, chaque année, à une manifestation pour le droit de vote des femmes et la propagation des mots d’ordre socialistes parmi les femmes (…) et la première manifestation de ce genre, célébrée surtout à New- York, se déroula aux Etats-Unis le 27 février 1909. ” Cette initiative, précise l’auteur, reprise au congrès international de Copenhague en 1910 “ ne devait revêtir toute son ampleur et son véritable contenu de lutte à caractère international qu’avec la victoire de la Révolution socialiste en URSS ” .
Au meeting, cette année-là, J. Duclos “ rappelle rapidement l’origine de la journée internationale des femmes qui remonte à une décision prise en 1908 par le Congrès du parti socialiste américain ” (L’Humanité, 8-3- 1950). 
Ce n’est qu’en 1955 que la 1égende de 1857 fait son apparition : “(La journée internationale des femmes continue) la tradition de lutte des ouvrières de l’habillement de New-York qui, en 1857, le 8 mars, manifestèrent pour la suppression des mauvaises conditions de travail, la journée de 10 heures, la reconnaissance de l’égalité du travail des femmes. Cette manifestation produisit une grande impression et fut recommencée en 1909, toujours par les femmes de New-York. En 1910, (...) C. Zetkin proposa de faire définitivement du 8 mars la journée internationale des femmes ”. (l’Humanité, 5-3-55).  
Quelques jours plus tard, nouvelles révélations, en forme de conte de fées (et légèrement contradictoires avec le premier texte) : “ II était donc une fois, à New-York, en 1857, des ouvrières de l’habillement. Elles travaillaient dix heures par jour (tiens 1) dans des conditions effroyables, pour des salaires de famine. De leur colère, de leur misère, naquit une manifestation ” (L’Huma-Dimanche, 13-3-55).  
Deux ans plus tard, de nouveaux détails viendront compléter la 1égende : “ Le 8 mars est revenu 93 fois depuis ce jour de 1857 où, a New-York, les ouvrières de l’habillement, lasses de travailler des premières lueurs de l’aube à une heure fort avancée de la nuit, fournissant fil, aiguilles et parfois machines, quittèrent les soupentes qui leur servaient d’atelier et s’en allèrent défiler dans les rues, comme des hommes, portant pancartes et banderoles. Cette manifestation fit grand bruit dans le monde du travail (...) jusque dans notre vieille Europe où l’on chantait l’héroïsme des canuts et où les pères contaient à leurs fils l’histoire des barricades de 48, le 8 mars de New- York fit l’effet d’un coup de poing sur la table f...). Le souvenir de ce premier 8 mars est reste si vivace dans les esprits ouvriers que c’est cette date que proposa la grande militante socialiste allemande Clara Zetkin à la Conférence de Copenhague en 1910, pour une journée internationale des femmes ” (l'Huma, 7-3-57). 
A partir de là, les ouvrières de 1857 prendront une place de plus en plus importante. Antoinette, journal des femmes de la CGT, les cé1èbre pour son premier numéro paru en mars 1964 et chaque année (ou presque) rappelle leur histoire avec de nouveaux détails. Le mythe semble dès lors se répandre comme une traînée de poudre, comme s’il correspondait à une attente.  
Personne ne semble le mettre en doute et chacun s’emploie à l'étoffer, l’habiller, à le préciser II revient chaque fois que “ revient le printemps (et que) revient le 8 mars, journée internationale des femmes, journée d’espoir, journée de lutte pour nos sœurs du monde entier ” (Antoinette, mars 1966). 
II faut bien alors s’intéresser à cette légende, à cette origine symbolique donnée récemment à une célébration beaucoup plus ancienne. A-t-il paru nécessaire de détacher la journée internationale des femmes de son histoire soviétique pour lui donner une origine plus internationale, plus ancienne que le bolchevisme, plus spontanée aussi que la décision d’un Congrès ou l’initiative de femmes affiliées à des partis ? 7 La date de 1857 a-t-elle été choisie comme un dernier hommage à Clara Zetkin, née cette année là et dont la journée internationale des femmes comme le mouvement socialiste féminin international fut entièrement l’œuvre ? 
Quoiqu’il en soit, il nous semble que ce mythe d’origine, forgé a posteriori est parfaitement conforme à ses objectifs, les femmes socialistes, réunies à Copenhague en 1910 auraient pu le choisir. Cette représentation de la lutte des femmes : ouvrières luttant pour leurs conditions de travail est bien celle que privilégiaient les femmes socialistes de cette époque : 
- des ouvrières seulement, pas des demoiselles des postes, des secrétaires ou des prostituées; 
- pour leurs conditions de travail seulement, pas contre la domination masculine ou pour le droit des femmes à la parole. 
Pourtant dès l’instauration de la journée internationale des femmes la revendication centrale était celle du vote des femmes. 
Pour nous au contraire cette vision de la lutte des femmes pose quelques problèmes si on la réfère à la situation de 1’époque et aux conflits dans le mouvement féministe du début du siècle. La lutte des ouvrières pour leurs conditions de travail fait certes partie de la lutte des femmes, mais nous refusons qu’elle soit prise en modèle unique, seul acceptable et opposé à toutes les autres considérées comme “ bourgeoises ”. Nous refusons que cette version féminine du premier mai soit célébrée pour mieux être démarquée des luttes féministes pour l’égalité juridique ou le suffrage des femmes, de l'acharnement des intellectuelles forçant l’entrée des carrières interdites aux femmes, de la résistance des suffragettes anglaises torturées et gavées de force dans les prisons... Nous refusons que cette lutte d’ouvrières soit légitime, et non celle des travailleuses imposant, contre des ouvriers, leur droit au travail et leur admission dans les syndicats. Nous refusons que la lutte des femmes ne soit reconnue que lorsque, partie de la lutte des classes, elle s’y intègre avec soumission et n’y soulève aucune contradiction. 
Tout laisse à penser que telle était bien la conception des femmes socialistes a Copenhague, et que telle fut également la conception du Groupe des femmes socialistes créé en France en 1913 suivant les résolutions de la Conférence de Copenhague. 
Les “ femmes socialistes de tous les pays ”, réunies en avant-première du Congres de l’Internationale ont décidé d’organiser tous les ans “ en accord avec les organisations politiques et syndicales du prolétariat ” une journée des femmes où la revendication du droit de vote serait “éclairée conformément à la conception socialiste d’ensemble de la question des femmes”. Elles voulaient ainsi montrer “aux masses que la social-démocratie est le seul parti pour qui l’égalité des femmes n’est pas seulement verbale” et dépasser les féministes; “ Les manifestations des suffragettes anglaises sont impressionnantes, disait Louise Zietz, leader de la social-démocratie allemande, mais elles manquent de force. Le jour des femmes de la social-démocratie montre que seul le prolétariat a la puissance nécessaire ” (L’Huma, 16-9-12).
Et la conférence de Copenhague décidait en même temps de créer partout des groupes de femmes socialistes refusant toute alliance avec le féminisme. Pour elles lutte des femmes et lutte des classes étaient deux choses différentes et il fallait empêcher qu’elles se confondent. 

Le groupe des femmes socialistes 
La lutte des sexes était-elle antithétique avec la lutte des classes ? Toutes les femmes socialistes n’étaient pas de cet avis. Madeleine Pelletier, la plus célèbre des femmes socialistes françaises d’avant 1914 s'était opposée sur ce point avec Clara Zetkin, à la Conférence de Stuttgart, le point de vue de celle-ci avait triomphe : la séparation complète des femmes socialistes d’avec les féministes bourgeoises. Madeleine Pelletier n’alla pas à Copenhague mais on peut penser qu’elle fut comme son amie Caroline Kauffmann choquée par l’antiféminisme de cette Conférence et “l’intolérance ” des femmes socialistes ‘. 
Madeleine Pelletier ne participa pas au G.D.F.S. constitué en 1913 en partie contre elle   Je crains, écrivait-elle a Hélène Brion, que le groupe des femmes socialistes ne soit que la petite classe du parti socialiste et qu’on y laisse de côte le féminisme pour complaire aux hommes du parti (….) l’organisation des femmes dans le parti socialiste ne peut avoir de raison d’être que si elle est féministe; tout au moins suffragiste”. Le G.D.F.S. ne fut même pas la petite classe du parti; par crainte du féminisme, Louise Saumoneau y fit voter des statuts tels que ne pouvaient y adhérer que les femmes déjà inscrites au parti. Ainsi le groupe s’interdisait de développer un mouvement féminin de masse pour l’attirer au parti. II ne cherchait pas non plus à obtenir pour les femmes la plénitude de leurs droits, mais bien plutôt à protéger les femmes socialistes, et particulièrement les ouvrières, de la subversion féministe. 
L’organisation le 9 mars 1914 d’un meeting pour célébrer - pour la première fois en France - la journée internationale des femmes fut l’activité principale du groupe pendant les dix-huit mois de vie qu’il connut avant la guerre. Lors de l’affaire Couriau  il ne prit pas position, “ afin de rester un groupement de classe ”, et se consacra a mener en son sein la lutte antiféministe. 
La brève rencontre, pleine de promesses du féminisme et du socialisme à la fin du siècle   s’achevait pour laisser place à la théorie du “ féminisme bourgeois ”, élaborée non contre les grandes dames du féminisme que les femmes socialistes ne rencontraient guère sur leur terrain, mais contre les féministes sociales dont l’activité militante était tournée vers les ouvrières, ou contre les féministes socialistes qui refusaient la subordination des revendications féminines aux intérêts supérieurs de la classe ouvrière indivisible et de son parti. Considérer comme bourgeois le féminisme qui luttait pour la syndicalisation des ouvrières - y compris contre les syndicats -, et soulignait les contradictions entre les sexes dans la classe ouvrière, évitait en effet d’affronter les problèmes soulevés par celui-ci. 
Les décisions de la Conférence de Copenhague : célébration de la journée internationale des femmes et création de groupes de femmes socialistes, concouraient au même objectif : faire apparaître un mouvement de femmes socialistes distinct du féminisme; tracer entre les femmes une infranchissable ligne de classe, ligne de marquage et de démarcation, schéma d’explication sommaire des contradictions : les revendications des “ bourgeoises ” ne peuvent avoir d’autre objectif que de conforter le capitalisme, seules sont “ prolétaires ” celles qui exigent la collectivisation des instruments de production (voir notamment Suzon : Féminisme et Socialisme). 
Louise Saumonneau fut, comme le dit Charles Sowerwine, “l’architecte de cette rupture qu’elle imposa au mouvement socialiste féminin du XXe siècle”; rompant avec le mouvement féministe, elle “empêcha le mouvement socialiste de prendre en compte les problèmes féminins, de lutter pour l'égalité des sexes en même temps que pour l’égalité des classes ” . 
Clara Zetkin, quant à elle, l’initiatrice de la journée internationale des femmes, dirigeante internationale des femmes socialistes, luttait pour faire prendre en compte les problèmes féminins par le socialisme, mais elle aussi refusait toute action concertée avec le féminisme qualifié de bourgeois “Marx, disait-elle, a forgé le glaive qui a tranché les attaches entre mouvement féminin prolétarien et bourgeois ”. 
Une tradition qui nie avec tant de constance le droit des femmes à s’organiser de façon autonome, en dehors des organisations et partis politiques traditionnels pour lutter contre leur oppression, peut-elle être reprise sans danger ? peut-elle être utilisée, voire détournée, par celles-là mêmes qui depuis des années, se battent précisément pour assurer l’indépendance des luttes de femmes ? 
C’est peut-être l’un des enjeux des diverses manifestations du 8 mars 1982 en France, que de répondre, aussi, à cette question. 
 - - - 
POST-SCRIPTUM 
A quoi sert l’histoire ? Pourquoi fouiller le passé, mettre en doute et chercher des preuves ? A quoi cela nous sert-il dans notre lutte d’aujourd’hui ? II nous semble aujourd’hui nécessaire de dévoiler les motivations qui nous ont entraînées, à travers une course effrénée, à cette enquête policière dans la mesure où la « vérité historique »  a pu en partie nous boucher les yeux sur l’enjeu du présent. 
Expliquons-nous ! Nous savions depuis plusieurs années que la journée internationale des femmes, dont le Mouvement avait, en 1975, repris la tradition sans la connaître, s’originait dans un mythe dont la signification était quelque peu ambiguë. Nous n’avons pas eu envie de nous taire ou de ricaner lorsque l’idée d’une cé1ébration officielle fut émise concurremment (ou compétitivement) par le ministère du Droit des femmes et par le MLF déposé. Ce mythe allait à nouveau s’épandre dans la presse, mensonge intolérable même s’il était inconscient, parce que niant de façon répétitive la lutte autonome des femmes, de celles du début du siècle comme de la nôtre, trahie, représentée à notre corps défendant par un MLF officialisé. 
II nous a donc fallu reprendre cette recherche historique et tenter, avec nos faibles moyens, de faire triompher la vérité. Réussite partielle; ça commence à se savoir, dans les media, qua 1857 est un mythe, allusions par ci par là, sans que l’ensemble de la démarche mythologique soit explicitée1, sans que les enjeux de cette démystification apparaissent. Cela amènera tout simplement à ce qu’on cesse de se référer à cette date peu fiable, comme le fait Yvette Roudy. Mais finalement, comme le disent certaines, « quelle importance ça a que ça repose sur un mythe ? à quoi ça sert l’histoire ? » 
Nous croyons malgré tout que toute vérité historique est bonne à dire; qu’il n’est pas indiffèrent de savoir quelle fut la politique du Parti Socialiste et du Parti Communiste à l’égard des femmes au début du siècle. Que cela ne nous conduit pas à nous opposer à eux aujourd’hui, mais simplement être vigilantes, à faire nôtre l’expérience passée pour en faire notre connaissance d’aujourd’hui. 
N’empêche qu’en l’occurrence le passé nous a peut-être masqué le présent, que nous nous sommes peut-être trompées - et nous en sommes ravies. 
Nous avions bien des raisons pour être réticentes à l’égard de ce qui se préparait pour le 8 mars. La gouvernement socialiste reprenait la tradition de la journée internationale des femmes sans s’interroger sur le projet antiféministe qu’elle contenait, le bulldozer Psyképo se répandait sur les murs de Paris récupérant et trahissant notre lutte dans des revendications inadmissibles, la CGT profitait de l’occasion pour développer à nouveau ses conceptions, si opposées aux nôtres 3 Tout cela nous semblait de nature à renforcer cette occultation du mouvement des femmes écrasé par la reconnaissance mass-médiatique du seul MLF déposé, et cherchant avec peine un second souffle. 
Bref, ne voyant pas d’espace entre le féminisme estampillé gouvernemental et celui institutionnalisé du “MLF déposé”, comme dit Libé (8-3-82), nous préférions ne pas en être. Sans doute avions-nous tort dans notre pessimisme; sans doute celles qui refusaient de laisser le 8 mars au gouvernement et à Psyképo avaient-elles raison de ne pas connaître l’histoire et de continuer comme si de rien n’était. Leur présence, leurs actions ont permis qu’enfin émerge dans la presse un peu de la réalité du mouvement des femmes. 
La grande presse qui, malgré des centaines de communiqués, s’était toujours refusé à nous laisser la parole attribuait sans hésitations le MLF à celles qui en avaient pris la propriété commerciale. Aujourd’hui, à côté des placards publicitaires appelant à la grève général, quelques lignes signalent qu’il existe “d’autres féministes appartenant à la mouvance du mouvement de libération des femmes ” , que «  deux grèves de femmes ont été organisées en 74 et en 80, à l’initiative d’autres groupes du mouvement de libération des femmes, sans la participation de celles qui ont constitué depuis le MLF . On peut lire que «  en octobre 79 [. . .J Psychanalyse et politique dépose le sigle.. . [que] le premier moment d’incrédulité passé, la colère l’indignation sont générales dans les autres groupes . Cette information est faite aussi à la té1évision, où on compare cette pratique avec celle d’une organisation de gauche interdisant aux autres de dire qu’elles font partie du mouvement ouvrier 7. 
Nous avons pu aussi, à l’occasion du 8 mars voir un reportage à télévision sur une histoire du Mouvement que nous pouvions reconnaître. 
Cela n’est pas rien. Et cela est dû à cette initiative gouvernementale qui, quoi qu’on pense des différentes activités officielles de cette journée, s’avère fructueuse. Loin d’occulter la lutte des femmes, elle lui permet - un peu - d’apparaître sur la scène publique. 
Ce peut être un choc émotionnel pour nous, féministes blasées, que de rencontrer sur les murs de la gare Saint Lazare portraits et messages de celles qui, avant nous, vibraient de nos espérances. Ce peut être agréable aussi d’entendre, ou de voir imprimé (ailleurs que dans La Revue d’En Face, Nouvelles Questions Féministes ou autres périodiques secrets) certaines évidences depuis longtemps retournées au silence sur la surexploitation des femmes ou leur exclusion persistante des lieux de pouvoir et de décision. Malgré les récupérations, les détournements, les falsifications, quelque chose est passé, ce 8 mars 1982, qui n’était pas inutile.
Alors, avions-nous tort de remuer le passé, de contester le 8 mars avec ses mensonges d’origine ? Nous ne le pensons pas. Il n’est jamais bon d’ignorer sa propre histoire, d’accepter sans critique la version des autres. II n’est pas non plus inutile, en la redécouvrant, de mettre au jour les risques permanents d’une coopération - qui pourrait d’ailleurs être fructueuse - entre féminisme et socialisme. 

Liliane Kandel et Françoise Picq 
La Revue d’En face, n° 12, automne 1982

le « journal du CNRS »
Centenaire de la journée internationale des femmes, le long chemin vers l’égalité,
supplément du n°242, mars 2010.

Histoire de la Journée

internationale des femmes

Démêler le vrai et le faux

Le 8 mars 2010 marque le centenaire de la Journée internationale des femmes. C’est effet en 1910, à Copenhague, que la deuxième conférence internationale des femmes socialistes, qui se tenait en avant première de la réunion de la IIe Internationale, sur proposition de Clara Zetkin, a appelé les « femmes socialistes de tous les pays » à organiser chaque année une Journée internationale des femmes.

Aucune date précise de célébration n’a alors été fixée ; et aucune référence n’a été faite à un quelconque événement à commémorer (tel qu’une grève de femmes le 8 mars 1857). Seul a été cité l’exemple des femmes socialistes américaines, qui avaient célébré en 1909 un «Woman’s Day » pour l’égalité des droits civiques 1.

Une idée plus socialiste que féministe

Cette résolution était prise « en accord avec les organisations politiques et syndicales du prolétariat dotées de la conscience de classe ». Elle fût avalisée par l’Internationale le lendemain. Son projet politique était d’éclairer les revendications concernant les femmes, notamment celle du droit de vote, « conformément à la conception socialiste d’ensemble de la question des femmes ». Clara Zetkin poursuivait une double stratégie : obtenir la prise en compte des revendications des femmes par les dirigeants socialistes, (qui ne s’en préoccupaient guère), et du même coup contrecarrer l’influence des féministes sur les ouvrières. À cette même conférence des femmes socialistes de Copenhague, il a été décidé de créer dans tous les pays des groupes de femmes socialistes, refusant toute alliance avec les féministes « de la bourgeoisie ».

La Journée internationale des femmes a été célébrée dès le 19 mars 1911 : en Autriche, Allemagne, Danemark, en Suisse (42 meetings à Berlin, 30 000 femmes dans les rues de Vienne). En Russie la « Journée internationale des ouvrières » fut célébrée le 3 mars 1913 puis le 8 mars 1914.

Le 8 mars de la IIIe Internationale

Le 8 mars 1917, (23 février du calendrier russe), eut lieu à Pétrograd une grève d’ouvrières et une manifestation de femmes contre la vie chère et pour le retour des hommes du front. La police n’osa pas charger. Cela marque selon Trotski « le premier jour de la révolution ». La date du 8 mars sera officiellement célébrée en Union soviétique à partir de 1921. Puis en Chine et dans les pays de l’Est après 1945. Plus tard, au Viet-Nam et à Cuba. Fêtées ce jour là, les ouvrières sont aussi appelées à se mobiliser autour des questions prioritaires, décidées par les instances du Parti et du Komintern. Aucune référence n’est faite à un autre événement fondateur. Les partis communistes des pays occidentaux la célèbrent aussi par diverses manifestations.

Le réveil du féminisme et la légende des couturières new-yorkaises

Avec le renouveau féministe, la Journée internationale des femmes a recommencé à être célébrée aux États-Unis, avec une première manifestation à Berkeley le 8 mars 1969 2.

C’est le 8 mars 1975 qui a été choisi par le Mouvement de libération des femmes, en France, pour manifester contre l’Année internationale de « la femme » de l’ONU, accusée de « récupérer » la lutte des femmes.

En France, dans les années 1970, il était couramment admis que cette date commémorait une grève (ou manifestation durement réprimée) de chemisières (ou couturières) à New York le 8 mars 1857. Et les historiennes américaines reprenaient volontiers cette légende, dont elles avaient entendu parler en France et qui leur permettait de mettre l’Amérique à l’avant-garde des luttes de femmes ouvrières et de reprendre une tradition célébrée au Viêt-Nam. Cette origine américaine, ouvrière, féminine, spontanée n’était mise en doute par personne. Elle était reprise avec force détails dans l’ensemble de la presse militante syndicale ou féministe (Antoinette, n°1 mars 1968, Les Pétroleuses, mars 1975, Heures claires, mars 1976).

Aussi, quelle ne fut pas notre surprise, lors d’une recherche en 1977, sur les origines de la JIF, de découvrir que cet événement n’était documenté par aucune source historique 3. Puis de constater, en 1982, qu’il n’en était nullement question (non plus que de la date du 8 mars), dans les comptes-rendus de la Conférence de Copenhague, ni dans Die Gleichheit, le journal de Clara Zetkin. Nous nous sommes donc interrogées sur la date d’apparition de ce « mythe d’origine » et sur sa signification. Quand et pourquoi a-t-il fallu détacher le 8 mars de son histoire soviétique pour lui donner une origine plus internationale, plus ancienne que le bolchevisme, plus spontanée que la décision d’un congrès socialiste ?

Des historiennes américaines et québécoises ont confirmé et développé notre démonstration 4. Et la grève de 1857 a progressivement disparu des historiques de la Journée internationale des femmes. Mais le comment et le pourquoi de son invention gardent leur mystère.

Sur Wikipédia, on apprend que cet « événement n’a en réalité jamais eu lieu » 5, qu’il s’agit d’une « réappropriation américaine — qui date des années 1950 — du début historique de la journée ». C’est « à l’aune de la guerre froide idéologique entre l’Est communiste et l’Ouest libéral » qu’il convient de comprendre l’invention « Il s’agit sûrement d’un clin d’oeil des féministes américaines qui, dans les années 1950 veulent à la fois intégrer cette journée dans le contexte américain et rendre hommage à Clara Zetkin, 1857 étant son année de naissance».

Notre analyse est différente. Puisque c’est dans la presse du Parti communiste français et de la CGT que nous avons vu apparaître le mythe des chemisières newyorkaises. Jusqu’en 1955 il n’est fait référence qu’à l’URSS, et à la « Journée communiste internationale des femmes ». Mais à partir de 1955 apparaît une nouvelle version. Yvonne Dumont dans France nouvelle du 26 février 1955 « l’origine de cette journée remonte au 8 mars 1857, où à New York, pour la première fois, des femmes travailleuses, des ouvrières de l’habillement manifestèrent pour leurs revendications… ». On trouve le même récit dans l’Humanité du 5 mars 1955, puis dans l’Humanité dimanche du 13 mars 1955. En 1960 Madeleine Colin la développe avec force détails dans le n°1 des Cahiers du communisme : « La date du 8 mars, proposée par Clara Zetkin, souvenir d’une journée restée vivace dans les mémoires ouvrières » est le «symbole de la lutte des travailleuses… ». À partir de là, la légende s’étend comme une traînée de poudre dans tous les médias, communistes et non communistes.

Il semble donc y avoir un changement de position dans la famille communiste, qui pourrait être le résultat d’un conflit interne. Madeleine Colin, dirigeante de la CGT, exprime ainsi son opposition à Jeannette Vermeerch et à l’Union des femmes françaises que celle-ci dirigeait. La CGT, souligne-t-elle, n’était conviée à la célébration que pour soutenir des mots d’ordre déjà établis. Le but alors aurait donc été d’opposer une lutte d’ouvrières à une célébration plus traditionnelle des femmes, comme celle qu’on constate dans les publications communistes des années cinquante, et dans les célébrations officielles des pays de l’Est.

C’est une hypothèse, mais qui ne dit rien du cheminement de la légende, de la façon dont elle a été reprise par le mouvement féministe américain au cours des années 1960 et 1970. Diverses recherches d’historiennes américaines devraient éclairer cet aspect.

Le « mythe d’origine » était si conforme aux attentes qu’il a longtemps résisté aux démonstrations. On le retrouve dans Le Monde en mars 1991, 1992, 1994 (Christiane Chombeau), dans l’Humanité (Nadia Pierre, 8 mars 1999…). L’ONU y faisait encore allusion dans sa documentation officielle des années 1990.

L’institutionnalisation

À la suite de l’année internationale « de la femme » de l’ONU, en 1975, est votée en 1977 la déclaration 32/142, qui « invite tous les États à proclamer, comme il conviendra en fonction de leurs traditions et coutumes historiques et nationales, un jour de l’année Journée des Nations unies pour les droits de la femme et la paix internationale». Proposée par les pays communistes et apparentés, et rejetée par les pays « occidentaux » cette résolution parle plus de « racisme » de « colonialisme », de « paix » que des discriminations envers les femmes (Simone Bonnafous, 2006). Elle donne pourtant une légitimité internationale à une tradition diverse mais vivace et une occasion de mobilisation pour les femmes dans différents pays.  

La célébration est officialisée en France en 1982, par François Mitterrand et Yvette Roudy. Aux États-Unis en 1980 (à l’initiative de Jimmy Carter puis en 1987 par un vote au Congrès).

Dans les pays où cette date est reconnue, la Journée internationale des femmes est l’occasion pour le gouvernement d’annoncer des mesures en faveur des femmes, pour les politiques de montrer l’intérêt qu’ils portent à la cause des femmes, pour les médias de faire le point de la situation des femmes (et de constater la persistance des inégalités). Cela est globalement utile pour le féminisme, malgré un côté « marronnier ». Dans d’autres pays, le 8 mars est souvent l’occasion de manifestations courageuses de femmes, parfois durement réprimées. C’est pourquoi quelques soient les péripéties de son histoire, cette journée est un symbole fort de la solidarité internationale dans les luttes de femmes.

Françoise Picq

Mars 2010

 

Bibliographie sélective

Bonnafous, Simone, « La Journée internationale des femmes : entre revendication et commémoration », Communication, vol 24, n°2, 2006.

- Coulomb-Gully, Marlène « La Journée internationale des femmes en France. Entre marronnier et foulard islamique », Sciences de la société, n°70, février 2007.

- Côté Renée, La Journée internationale des femmes ou les vrais faits et les vraies dates des mystérieuses origines du 8 mars jusqu'ici embrouillées, truquées, oubliées : la clef des énigmes, la vérité historique, Les éditions du remue-ménage, Montréal, 1984.

- Coulomb-Gully Marlène, « La journée internationale des femmes à la télévision : une parole schizoïde », Semen, 26, Médiaculture et médiacritique, 2008 [URL : http://semen.revues.org/document8370.html-]

- Kandel Liliane et Picq Françoise, « Le mythe des origines, à propos de la Journée internationale des femmes », La Revue d’en face, n°12, 1982

- Kaplan, Temma, « On the Socialist Origins of International Women’s Day », Feminist Studies, 11, 1985.

- Picq, Françoise, « Journée internationale des femmes, À la poursuite d'un mythe », Travail, Genre et Société, n°3-2000.

- « Femmes et médias, Le 8 mars à la « une », une comparaison internationale », Sciences de la société, n° 70 (février 2007).

1) On ne trouve aucune trace dans le Compte rendu analytique du huitième Congrès socialiste international de cette « Déclaration de Copenhague »,

qui a été occultée comme le montre Simone Bonnafous (2006)

2) Laura X., Founder/Director Women’s History Library (http://ncmdr.org/whm98/html). Celle-ci fait alors référence à la manifestation des femmes

socialistes américaines en 1909, mais non à la légende de 1857.

3) La boîte d’allumettes : Josée Contréras, Anny Desrumeaux, Christine Fauré, Liliane Kandel, Françoise Picq, « Journée Internationale des femmes,

Attention, une commémoration peut en cacher une autre », Histoire d’Elles, n°0, 8 mars 1977 (Cet article se trouve sur le blog Re-belles). Liliane

Kandel et Françoise Picq, « Le mythe des origines, A propos de la journée internationale des femmes, La Revue d’en Face, n°12, 1982 (Cet article se

trouve sur le site d’Archives du féminisme).

4) En particulier Renée Côté (1984).

5) Wikipédia « Journée internationale des droits de la femme ».

Partager cette page

Published by

Discussions, Rencontres, Colloques

 

 

 

/ séminaire

« VIDÉO DES PREMIERS TEMPS »

dont l'Association Carole Roussopoulos est partenaire et qui s'intéressera cette année aux

« Politiques de la vidéo : revendication d'autonomie et inscription institutionnelle ».    

Le séminaire aura lieu un lundi par mois, entre 17h30 et 20h, à la BnF, site Richelieu, en salle des commissions (5 rue Vivienne, 75002 Paris – Rez-de-chaussée – Métro : Bourse, Pyramides ou Palais-Royal).

 

 

/ séminaire

TRAVELLING FEMINISTE 

"PENSÉES ET USAGES CRITIQUES DES IMAGES"

Travelling Féministe est un laboratoire de recherche et d'expérimentation sur les usages féministes, queer, postcoloniaux des archives audiovisuelles, travaillant autour des ressources du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir, fondé en 1982 par Carole Roussopoulos, Delphine Seyrig et Ioana Wieder.

programme en attente 

 

IEC-coll-pratiques-5juin-prog

 

 

http://www.institutemilieduchatelet.org/

 

 

/ Cycle de conférences : « Quarante ans de recherches sur les femmes, le sexe et le genre »

 

/ Séminaire Sexe et Genre : pour un dialogue interdisciplinaire au carrefour des sciences de la vie et des sciences humaines 

 

/ Le Café de l’Institut Émilie du Châtelet

18h30 à 20h30 : Jardin des Plantes, Restaurant La Baleine, 47 rue Cuvier 75005 Paris

    

/ Conférence 

 

/ Assises de l'IEC 2012  


/ Colloque 

 

/ Journée Jeune recherche
de l’Institut Émilie du Châtelet

 

http://www.institutemilieduchatelet.org/

 

>

 

 

les-causeries-presidentielles-copie-1.jpg

 

Le Centre Hubertine Auclert

Centre francilien de ressources pour l'égalité femmes-hommes
7 impasse Milord, 75018 Paris

Centre de ressources

Causeries

Séminaires

Agendas/Actualités…

http://www.centre-hubertine-auclert.fr/

 

 

 

>

 

 

aa3cf053333049baa9cf52a39df980d7-CCP_IMG_145xAUTO.jpg

 

 

 

> 

Catégories

/ ACTUS / OPINIONS /

 

MANIFS / ACTIONS         

 

Le 8 mars c'est toute l'année!


 

 

 

 

 

 

 

credit-sarah-vermande.jpg

 

Figaro, ici, Figaro, là, Figaro en haut, et Figaro en bas !

 

Ce n’est pas le fameux air du Barbier de Séville,  mais la présentation tout aussi virile de la saison 2013-2014 de l’Opéra de Paris, que 10 activistes de la Barbe ont brièvement interrompue aujourd’hui.
Pour ne prendre que les opéras, sur 19 oeuvres programmées, 19 compositeurs, 19 virils librettistes, 19 metteurs en scène, et, 18 chefs d'orchestre masculins sur 19.
Depuis là scène où elles avaient rejoint Mr Christophe Ghristi directeur de la dramaturgie et la directrice du Ballet sortante Mme  Brigitte Lefevre (bientôt remplacée par Mr Benjamin Millepied), les barbues se sont félicitées de la bonne tenue virile du programme:
« Comme Rodolphe sut sacrifier Mimi à son art, de même vous savez faire place nette et ne laisser que le mâle talent s’exprimer et s’épanouir lorsqu’il s’agit de diriger.  A la baguette comme à la tête de votre noble établissement. "Riez" donc Messieurs – à l’instar de  la Marguerite de Faust - "de vous voir si beaux en ce miroir" que vous tend La Barbe".
 "à part Werther, les femmes sont pourtant à l 'honneur dans le répertoire" a bravement tenté Mr Ghristi alors que les barbues regagnaient les coulisses guidées par le service d'ordre.

Quelques chiffres :
 
Saison 2013-2014 de l’Opéra de Paris
    •    Opéras (sur 19) : 19 hommes compositeurs / 19 hommes librettistes / 19 hommes metteurs en scène / 18 hommes chefs d'orchestre
    •    Ballets (sur 19) : 19 hommes compositeurs / 15 hommes chorégraphes
    •    Concerts symphoniques (sur 8) : 8 hommes compositeurs / 8 chefs d’orchestre
 
Chiffres Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques, 2012 :
    •    96% des opéras sont dirigés par des hommes
    •    70% des centres chorégraphiques nationaux sont dirigés par des hommes
    •    85% des centres dramatiques nationaux sont dirigés par des hommes
    •    95% des concerts sont dirigés par des hommes 

 

www.labarbelabarbe.org

 

labarbelabarbe@gmail.com


fb : groupe d’action féministe la barbe
tw : @labarbelabarbe

 

3f632f4ae2.jpg

DR-Simone de Beauvoir et Alice Schwarzer

 

 

OPINIONS                         

L'écho des actes

Dans le feu de l’action, il arrive que les actes dépassent la pensée. Évaluer la portée des événements et des actions entreprises pour leur répondre, prendre son temps, préciser son opinion. : autant de moyens de sortir de l’urgence de l’actualité pour s’éclaircir les idées.

+ ici > • Ne pas aller place des Vosges !  

 

INTERNATIONAL              

Yabiladies le magazine des maghrébines

  ici > http://www.yabiladies.com/articles/details/9448/femmes-arabes-annees-lumieres-liberte.html

 http://www.yabiladies.com/

Le plus.Nouvelobs

Révolutions arabes : la démocratie, incompatible avec le droit des femmes ?

Réminiscence de notre propre histoire, les révolutions arabes ?

Geneviève Fraisse nous livre son analyse :

 ici > http://leplus.nouvelobs.com/contribution/210393;revolutions-arabes-la-democratie-incompatible-avec-le-droit-des-femmes.html

Sur Radio Canada 

 ici > le-feminisme-musulman-nexiste-pas-Wassyla Tamzali 

  Toutes les vidéos du Congrès du 2, 3 et 4 déc 2010

 ici >  Le congrès international féministe 2010

 

MÉDIAS                                

> EGALITÉ-info

les femmes et les hommes font l'info

> Un nouveau blog

Feministes en tous genres

qui publie des entretiens et des articles sur le genre et la sexualité 

http://feministesentousgenres.blogs.nouvelobs.com/

 > Une nouvelle émission

sur France Inter consacrée aux femmes

Désormais tous les vendredi à 9h

Les femmes, toute une histoire-F-Inter-dim16h-17h

 Présentée par Stéphanie Duncan

LES NOUVELLES news • , l'autre genre d'info

 

En marge du 6 octobre 1979

Le mouvement féministe d’après 68 en France est une histoire atypique et houleuse qui a laissé des traces… Pour moi, encore aujourd’hui, écrire en majuscules “MLF“ est une épreuve, une émotion et une interrogation. 

Pour comprendre, il faut revenir à la journée du 6 octobre 1979. Une Marche des Femmes est prévue pour que la loi Veil de 75, légalisant provisoirement l’avortement, soit confirmée lors de sa révision, prévue à la session parlementaire de l’automne 79. 

Boulevard Raspail (?), à l’heure dite, la foule des femmes est impressionnante et quand la manifestation a démarré nous sommes 40 à 50.000. Nous n’avions jamais vu ça. Je savais que des collègues à moi, instits. en Seine-Saint-Denis, avaient prévu de venir… Mais là, ces milliers de femmes de tous horizons, c’était le bonheur d’un aboutissement : “toutes les femmes“, sans drapeaux ni signes distinctifs. Elles sont dans la rue pour leur Liberté.

Mais voilà que des galopades bizarres se font sur les côtés. Un petit groupe habillé en vert et blanc. Certaines portent d’immenses lettres M, L, F, vertes aussi, d’autres distribuent des tracts, elles tentent de prendre la tête de la manifestation sans y parvenir, ouf ! C’est Psyképo pour les initiées ; le groupe psychanalyse et politique, librairie des femmes, éditions des femmes, Antoinette et ses groupies, on a l’habitude… Si ce n’est que… 

...Quelques jours plus tard nous apprenons que “Mouvement de Libération des Femmes – MLF“ a été déposé comme marque commerciale à l’Institut National de la Propriété Industrielle. 

Les tentatives d’Antoinette Fouque pour s’approprier le mouvement des "femmes" et du même coup de "les" déposséder de ce qu'"elles" viennent de conquérir ont commencé bien avant l’automne 1979 et continuent encore aujourd’hui. La dernière offensive était en octobre dernier. Pour en connaître les détails, les méthodes et les déjouer, vous pouvez lire les articles parus dans la presse nationale du mois d’octobre 2008.